Le négociateur en chef de l’Autorité palestinienne et secrétaire-général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Saeb Erekat, atteint d’un grave cancer au poumon, se trouve actuellement sur des listes d’attente pour recevoir une greffe en Israël et aux Etats-Unis, selon un article paru mardi sur le site Internet Ynet.

Erekat, 62 ans, a été diagnostiqué d’une fibrose pulmonaire il y a un an et il a été soumis à une thérapie qui a traité de manière efficace la maladie. Toutefois, ces thérapies ont cessé de faire leur effet il y a plusieurs mois et sa santé s’est depuis détériorée de manière spectaculaire.

Le négociateur en chef de l’AP a reçu un traitement supplémentaire dans un hôpital du centre d’Israël mais les médecins ont averti que son état de santé ne pourrait s’améliorer sans une greffe immédiate, a fait savoir l’article.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a décidé que son chef des renseignements Majed Faraj remplacerait temporairement Erekat si l’état de ce dernier devait empirer, ou si le secrétaire-général de l’OLP devait subir une greffe.

Faraj est connu pour les bonnes relations qu’il entretient avec les responsables diplomatiques des pays occidentaux et arabes même s’il ne parle pas couramment l’anglais comme c’est le cas pour Erekat.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu serre la main de Saeb Erekat à Jérusalem en avril 2012. L'aide de Netanyahu Yitzhak Molcho est à sa gauche, et le chef de la sécurité de l'AP est Majed Faraj second à gauche sur la photo. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu serre la main de Saeb Erekat à Jérusalem en avril 2012. L’aide de Netanyahu Yitzhak Molcho est à sa gauche, et le chef de la sécurité de l’AP est Majed Faraj second à gauche sur la photo. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO/Flash90)

En même temps, Erekat a continué à assumer ses deux rôles mais d’une manière considérablement limitée.

Dimanche, il a été interviewé par le site d’informations du Jewish Insider, où il a critiqué la gestion par l’administration Trump des efforts de médiation entre les Israéliens et les Palestiniens.

« Nous ne comprenons pas pourquoi aucun responsable américain n’a exprimé un seul mot de sympathie pour les Palestiniens qui ont été attaqués et tués par les forces d’occupation, notamment les habitants des implantations », a-t-il déclaré.

L’envoyé spécial de Trump pour le processus de paix au Moyen-Orient, Jason Greenblatt, a condamné séparément le meurtre de deux policiers survenu le 14 juillet lors d’un attentat terroriste aux abords du mont du Temple perpétré par trois arabes israéliens qui avaient introduit clandestinement des armes sur le site, ainsi que l’attentat survenu le 21 juin au sein de l’implantation de Halamish au cours duquel un jeune Palestinien de 19 ans a poignardé à mort trois membres d’une même famille.

Au vu de ces condamnations, Erekat a exprimé son désaccord face au silence de l’administration américaine concernant les trois palestiniens tués dans des affrontements contre les forces de défense israélienne alors qu’ils manifestaient contre l’installation de détecteurs de métaux sur le mont du Temple qui depuis ont été retirés.

Les informations sur la santé détériorée d’Erekat surviennent dans un contexte d’inquiétudes similaires concernant la santé d’Abbas après que l’homme de 82 ans a été hospitalisé à Ramallah samedi en raison d’un épuisement.

Le leader est sorti de l’hôpital à la fin de la même journée mais ce court séjour a causé la recrudescence des rumeurs sur sa santé, ainsi que les spéculations sur l’identité de son éventuel remplaçant.