Un député du Hezbollah a déclaré mardi que l’organisation terroriste a œuvré pour empêcher la normalisation des relations entre Israël et les groupes rebelles, dont le Front al-Nosra affilié à Al-Qaïda.

Walid Sukkarieh, membre du Parlement libanais, a déclaré que le Hezbollah et l’Iran, ainsi que les forces syriennes, ont formé un « axe de résistance » contre Israël dans les hauteurs du Golan. Il a fait ces remarques deux jours après un raid aérien israélien présumé sur le Golan syrien, qui a tué six membres du Hezbollah et six commandants iraniens.

« Israël s’efforce de normaliser les relations avec les groupes d’opposition dans la région [des hauteurs du Golan], et surtout avec le Front Nosra, » a déclaré Sukkarieh aux médias libanais, selon le journal Daily Star.

« [Une normalisation] affecterait la Syrie parce qu’une partie de sa population deviendrait alliée avec Israël », a-t-il ajouté.

Sukkarieh a également défendu la présence du Hezbollah sur le plateau du Golan, sans la confirmer explicitement. La semaine dernière, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a déclaré aux médias iraniens que son mouvement n’opérait pas dans les hauteurs du Golan.

« La Syrie a envoyé des groupes de résistance au plateau du Golan, il y a plus d’un an », a déclaré Sukkarieh.

« Si le Hezbollah [opère] dans la zone, alors je pense que son rôle est d’organiser la résistance contre Israël et d’empêcher la normalisation des relations avec lui. »

Selon Sukkarieh, la dernière frappe aérienne ne nécessitait pas de représailles immédiates, mais faisait partie d’un conflit en cours avec Israël.

« L’Iran, la Syrie et le Hezbollah travaillent à établir une société résistante dans le Golan, et c’est une grande responsabilité pour l’axe de résistance », a-t-il dit.

Le raid aérien de dimanche a tué six ressortissants iraniens, dont un général, et six membres du Hezbollah, y compris le fils du commandant militaire du groupe Imad Mughniyeh, éliminé. Israël n’a pas revendiqué le raid, mais le ministre de la Défense Moshe Yaalon a déclaré dimanche que le Hezbollah devait expliquer sa présence dans les hauteurs du Golan.

S’il n’y a aucune confirmation officielle qu’Israël est responsable de l’attaque, une source anonyme de la sécurité israélienne a déclaré à l’AFP qu’un hélicoptère israélien avait mené un raid contre des «terroristes» près de Quneitra, du côté syrien du plateau du Golan.