Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a déclaré dans une interview publiée lundi que son parti chiite était à l’origine d’une explosion ayant visé des soldats israéliens mi-mars à la frontière.

« Oui, l’explosion aux fermes de Chebaa, que le Hezbollah n’a pas revendiquée jusqu’à présent, était l’oeuvre de la résistance, ce qui signifie l’oeuvre du Hezbollah », a déclaré M. Nasrallah dans le quotidien Al-Safir.

Le 14 mars, deux semaines après des frappes israéliennes dans le sud du Liban, vraisemblablement contre des positions du Hezbollah, une bombe a explosé au passage d’un véhicule blindé israélien – sans faire de blessé selon l’armée – près des fermes de Chebaa, un village libanais disputé à la frontière.

Le 5 mars, l’armée israélienne avait déjà indiqué avoir tiré sur deux membres du Hezbollah alors qu’ils plaçaient un engin explosif près de la frontière.

« Ce n’était pas notre riposte, mais c’était une partie de notre riposte », a expliqué M. Nasrallah. Israël a « frappé une cible militaire et la résistance a répliqué en frappant une cible militaire ».

La tension monte depuis plusieurs mois entre le Hezbollah et Israël, qui s’est dit prêt à mener de nouvelles frappes pour empêcher le parti chiite engagé dans les combats en Syrie de se procurer des armes sophistiquées.

Depuis le début du conflit syrien, Israël a déjà mené plusieurs frappes en Syrie pour viser des armes destinées, selon l’Etat hébreu, au Hezbollah.

En 2006, Israël a mené une violente offensive contre le Hezbollah au Liban, qui a tué plus de 1 200 Libanais, en majorité des civils, ainsi que 160 Israéliens, des militaires pour la plupart.