Le mouvement chiite libanais Hezbollah a confirmé mercredi un raid israélien contre une de ses positions au Liban et a menacé de riposter « au moment opportun » et à « l’endroit approprié » à cette « agression flagrante ».

« Cette nouvelle attaque est une agression flagrante contre le Liban, sa souveraineté et son territoire », a indiqué le parti dans un communiqué, affirmant que celle-ci « ne restera pas sans riposte de la Résistance, qui choisira le moment opportun, l’endroit approprié et la manière adéquate pour répondre ».

Selon les médias libanais, l’attaque ciblait deux camions transportant des missiles et des lance-missiles de la Syrie vers un dépôt du Hezbollah.

« Lundi soir (…), les avions de l’ennemi israélien ont bombardé une position du Hezbollah à la frontière libano-syrienne, près de la région de Janta dans la Békaa », dans l’est du Liban, a annoncé le parti.

« Cette agression n’a pas fait, grâce à Dieu, de martyr ou de blessé, mais uniquement des dégâts sur le site », a indiqué le mouvement terroriste dans un communiqué.

Le Hezbollah, bête noire d’Israël, a démenti que le raid ait visé « des positions d’artillerie et de missiles ou la mort de combattants (du parti) comme cela a été évoqué dans certains médias ».

Elle « ne restera pas sans riposte de la Résistance (le Hezbollah, ndlr), qui choisira le moment opportun, l’endroit approprié et la manière adéquate pour répondre », a-t-il menacé.

Il s’agit de la première attaque israélienne visant au Liban le Hezbollah depuis la guerre destructrice de 2006 entre l’Etat hébreu et le mouvement chiite terroriste.