Le HIAS, une organisation juive américaine qui s’occupe des réfugiés, a critiqué le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour avoir demandé le maintien en détention des demandeurs d’asile.

Netanyahu a demandé mardi aux ministres de rédiger une nouvelle législation qui permettrait au gouvernement de contourner une décision de la Cour suprême en septembre qui a mis à mal une loi antérieure sur la détention illimitée pour les Africains en quête d’asile en Israël. Il a également dit qu’il allait garder ouvert le centre de détention de migrants de Holot dans le Négev.

Dans sa déclaration, le président du HIAS, Mark Hetfield a exprimé sa déception du fait que, selon lui, Netanyahu essaie de court-circuiter la décision de la Cour suprême israélienne, peu après son discours à l’Assemblée générale des Nations unies décrivant Israël comme le seul pays au Moyen-Orient qui protège les droits humains.

« Alors que la barrière mise en place par Netanyahu a réussi à réduire l’afflux de migrants en Israël, il est en train de gaspiller encore une autre occasion, offerte par la Cour suprême, de célébrer la liberté et de traiter les demandeurs d’asile avec l’hospitalité et la dignité d’un Etat juif et démocratique, » a déclaré Hetfield.

Netanyahu a qualifié les réfugiés du Soudan et d’Erythrée « d’immigrants illégaux » et non pas de « demandeurs d’asile ».

Selon HIAS, les taux de reconnaissance du statut de réfugié dans le monde entier pour les Érythréens et les Soudanais se situe entre 70 et 80 % alors qu’en Israël, il est inférieur à 1 %.