Le groupe terroriste du Jihad islamique salue jeudi le pacte de réconciliation conclu entre le Hamas et le Fatah, tout en exprimant la crainte qu’Israël puisse saboter l’accord dans les prochaines semaines.

« Cet accord constitue un pas dans la bonne direction et nous espérons le mettre en œuvre », a déclaré à l’AFP un porte-parole du Jihad islamique, Khaled al –Batch, au lendemain de l’accord signé entre le Fatah et le mouvement terroriste du Hamas

Ce pacte de réconciliation historique prévoit la formation d’un gouvernement d’union nationale d’ici cinq semaines et la tenue d’élections générales.

« Nous devons être conscients que les cinq prochaines semaines risquent d’être très longues. Nous craignons que l’ingérence extérieure due à la pression israélienne et aux adversaires de l’unité palestinienne ne sabote cet accord », ajoute Batch.

L’accord, annoncé mercredi à Gaza et qui vise à mettre un terme à sept ans d’animosité entre l’OLP basé en Cisjordanie et le Hamas basé à Gaza, a soulevé de vives réactions à Jérusalem et à Washington.

Les responsables israéliens ont exprimé leur indignation et dénoncé cet accord qui menacerait le processus de paix en raison du refus du Hamas de reconnaître l’Etat d’Israël. Jeudi, les principaux ministres se sont réunis pour préparer la réponse israélienne à la réconciliation interpalestinienne.

Le moment de l’accord est « troublant » et les Etats-Unis sont « déçus » par cette annonce, a indiqué la porte-parole du département d’Etat Jen Psaki lors d’une conférence de presse. « Cela pourrait sérieusement compliquer nos efforts — pas seulement nos efforts, mais les efforts entre les parties, plus précisément, dans le but de prolonger les négociations », a déclaré Mme Psaki. Un responsable américain a déclaré sous couvert d’anonymat que l’aide américaine à l’Autorité palestinienne pourrait être tributaire de la reconnaissance d’Israël par le Hamas. Le mouvement devra également renoncer à la violence, selon ce même responsable.

Mercredi, l’aviation israélienne a ciblé un membre du Jihad islamique à Gaza, sans succès. La cible s’en est sortie indemne, mais le raid a blessé entre trois et sept civils.

Ce raid aérien faisait suite aux tirs de plusieurs roquettes en direction d’Israël plus tôt dans la semaine. Plusieurs roquettes en provenance de Gaza se sont abattues sur le sud du pays mercredi soir.

Malgré les échanges de tirs, le point de passage de Kerem Shalom entre Israël et la bande de Gaza a été partiellement rouvert jeudi pour permettre l’approvisionnement de l’enclave côtière.