Le Koweït a annoncé mardi son intention de tenter d’améliorer les liens entre les pays du Golfe et l’Iran, dont les relations sont tendues, souhaitant une « normalisation des liens et l’ouverture d’un dialogue ».

Le ministre koweïtien des Affaires étrangères a ainsi indiqué qu’il remettrait mercredi à Téhéran à des dirigeants iraniens un message de l’émir cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah sur « les relations entre les pays du Golfe et l’Iran et (…) le dialogue et de la coopération entre les deux parties ».

« Les pays du Golfe désirent que leurs relations avec l’Iran soient normales et basées sur les lois internationales », a aussi affirmé mardi cheikh Sabah Khaled Al-Sabah lors d’une conférence de presse avec le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg.

« Nous sommes des partenaires régionaux et nous avons des intérêts communs », a-t-il ajouté.

Les pays arabes du Golfe, majoritairement sunnites, ont de mauvaises relations avec l’Iran chiite.

Leur chef de file, l’Arabie saoudite, grand rival régional de l’Iran, s’oppose ainsi à Téhéran sur de nombreuses questions régionales, notamment les conflits en Syrie et au Yémen, et les relations diplomatiques entre les deux pays sont rompues depuis un an.

Les monarchies arabes sont regroupées au sein du Conseil de coopération du Golfe, composé de l’Arabie saoudite, de Bahreïn, des Emirats arabes unis, du Qatar, d’Oman et du Koweït.