Le Likud a déclaré mercredi qu’il envisagerait d’agir en justice contre les fausses pages Internet et les faux comptes créés au nom du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui ont été utilisées pour tourner en dérision le leader israélien et propager de faux renseignements.

Le parti a déclaré dans un communiqué que son conseiller juridique Avi Halevi se pencherait sur les options disponibles pour prévenir la pratique, indique le site hébreu NRG.

« La directive est arrivée après une augmentation du phénomène de pages Facebook prétendant être celle du Premier ministre qui publient de faux contenus sous le nom de Netanyahu et lui attribuer des choses qui ne sont jamais arrivées », a déclaré le parti.

Bien que le communiqué ne mentionne pas tous les incidents particuliers, mais celui-ci a été publié quelques heures après qu’un faux compte de Netanyahu sur Facebook a affirmé que le premier ministre, pour se faire pardonner des électeurs arabes pour ses déclarations lors des dernières élections, allait nommer le dirigeant de Liste arabe unie, Ayman Odah, comme le prochain ministre de l’Education d’Israël.

בכדי להראות את רצינות כוונותיי לתיקון השסעים בחברה הישראלית, לאחר התנצלותי על אמירתי כי "אזרחים ערבים נוהרים לקלפיות" ער…

Posted by ‎Benjamin Netanyahu – בנימין נתניהו ראש ממשלת ישראל‎ on Tuesday, 31 March 2015

Le message Facebook, publié plusieurs heures après minuit le 1er avril – la journée du poisson d’avril – exprimait le profond désir de Netanyahu de réparer les failles dans la société israélienne pour expliquer cette nomination.

« Il est temps que nous donnions la mission de l’éducation de nos enfants à quelqu’un qui connaît bien les deux côtés, et qui a des valeurs que nous voulons que nos enfants embrassent », pourvait-on lire sur le faux compte Facebook.

Le vrai Netanyahu s’était attiré de nombreuses critiques après avoir exhorté les citoyens à aller voter le jour du scrutin parce que « les Arabes [votaient] en masse » menaçant la victoire du Likud et la formation d’un gouvernement de droite.

Il s’est ensuite excusé publiquement aux représentants des communautés minoritaires d’Israël.