Le Likud, parti au pouvoir et membre clef de la coalition, s’est opposé à une décision du gouvernement, qui consiste à transférer 2 milliards de shekels des coffres du Fonds national juif (JNF/KKL).

Le cabinet a voté mardi matin en faveur d’une nouvelle législation qui permettrait de rediriger 80 % des bénéfices des ventes foncières du Fonds national juif (JNF/KKL) à des projets d’infrastructures nationaux.

Ce projet de loi a obtenu le soutien du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du ministre des Finances Moshe Kahlon.

Mais d’influents opposants se sont manifestés, notamment Haim Katz, ministre des Affaires Sociales et membre du Likud, Uri Ariel, ministre de l’Agriculture (HaBayit HaYehudi), le député Bezalel Smotrich, (HaBayit HaYehudi), qui siège à la Commission des Finances, où tout le remue-ménage autour de cette loi aura lieu.

« La nationalisation [de facto] du JNF/KKl va à l’encontre des intérêts de l’État d’Israël et du peuple juif », a déclaré Ariel dans un communiqué mardi.

« L’État devrait ouvrir le dialogue avec le JNF/KKl pour parvenir à un accord au cours des prochaines semaines sur [l’ampleur] des transferts financiers du JNF/KKl vers les caisses de l’État. »

Afin de garantir l’adoption de cette loi malgré l’opposition, le président de la coalition David Bitan (Likud), a exigé mardi que le parti HaBayit HaYehudi remplace Smotrich comme représentant à la Commission des Finances, par un député qui ne soit pas réfractaire à cette initiative.

Bitan, connu pour son style agressif, a exigé que ce remplacement soit effectué « dans l’heure ».

Selon Bitan, Smotrich « représente un obstacle dans la coalition ». Mais ses exigences sont tombées dans l’oreille d’un sourd. Shuli Moalem-Refaeli a rapidement diffusé un communiqué rejetant cette demande.

« Le parti HaBayit HaYehudi décidera de son représentant dans les commissions [parlementaires] », a-t-elle déclaré. « Nous décidons également les sujets que nous soutenons et ceux auxquels nous nous opposons. Je n’ai aucunement l’intention de destituer Bezalel de la Commission des Finances. »

Le JNF/KKl est une organisation à but non-lucratif créée en 1901, dédiée à la récupération des sols, à la reforestation et au développement des communautés dans la périphérie.

En janvier, le contrôleur d’État Yossef Shapira a diffusé un rapport critiquant le JNF/KKl et sa branche opérationnelle, l’Administration de développement de la Terre, qu’il a qualifiée d’organisation peu transparente, qui pourrait mal gérer les fonds et faire face à des conflits d’intérêts.