Le Premier ministre Benjamin Netanyahu soutient une proposition de loi destinée à limiter la capacité des organisations d’extrême-droite et de gauche à s’engager ou à aider dans les campagnes politiques durant les élections.

La proposition de loi, présentée par le député du Likud, Yoav Kish, interdirait à tout groupe de mener des sondages, à inscrire des électeurs ou signaler sur Internet ou dans les médias sociaux qu’ils ont accepté plus de 20 000 shekels par mois pendant la période précédant les élections, a signalé la Deuxième chaîne.

La proposition de loi vise, entre autres, V15, une organisation locale qui, avec des fonds étrangers, ont tenté sans succès de renverser Netanyahu lors des dernières élections législatives. L’ONG a utilisé une faille dans la loi en ne cherchant pas à amener les électeurs à voter pour un parti ou un candidat spécifique, mais seulement à voter contre Netanyahu.

Depuis les élections, V15 a changé son nom pour Derekhenu (Our Way).

Le Likud avait accusé avant les élections de mars 2105 que le groupe V15 « opère avec l’aide de groupes de gauche radicaux tels que One Voice et Molad, qui sont soutenus à travers des millions de dollars venant de l’Europe (et) des États-Unis », et avait dénoncé l’ « intervention des acteurs internationaux qui sont intéressés à détrôner le Premier ministre Benjamin Netanyahu ».

La nouvelle loi paralyserait effectivement des groupes tels que V15 – des deux côtés du spectre politique – en les privant de financement clé et les dirigeants des partis à la coalition cherchent à faire passer cette loi afin qu’elle ne prenne effet avant les prochaines élections.

V15 a répondu au rapport en disant qu’Israël « n’est pas la Turquie » et que « Netanyahu ne peut pas agir comme [le président turc Recep Tayyip] Erdogan et piétiner nos droits démocratiques pour protester contre le pire gouvernement dans l’histoire de l’État. »

« Cette loi ne passera pas parce que, en l’état, elle ne passe pas comme une norme démocratique », a dénoncé Nimrod Dweck, l’un des fondateurs du groupe, sur la Deuxième chaîne.

« C’est une réponse hystérique d’un Premier ministre qui voit qu’il est en train de tomber dans les sondages et qui est à la recherche d’un nouvel élan, comme s’il n’y avait pas de tunnels ou d’Intifada ou de logement dont les prix montent en flèche ».

L’an dernier, le parti du Likud a abandonné une proposition visant à interdire les opérations de l’organisation de V15, après que les législateurs du parti aient admis qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour prouver que le groupe de gauche avait des liens avec l’Union sioniste et son chef, Isaac Herzog, ou à tout autre faction politique.