Dimanche, le maire de Haïfa Yona Yahav a émis l’ordre de fermer les usines polluantes et a même bloqué les camions en route vers la ville, dans le cadre d’un nouveau plan de lutte contre la pollution de l’air.

Yahav a accusé le ministère de la Santé la semaine dernière de négliger le problème de la pollution de la ville portuaire, après la publication d’un rapport la reliant aux taux de cancer élevés et à 50 % des cancers chez les enfants de Haïfa.

« Le ministère de la Santé, fondamentalement inexistant sur ce front, tout comme le ministre de la Santé, qu’on ne voit jamais, ont décidé de se faire les journalistes et de publier des statistiques et des articles d’opinion, au lieu de déplacer leurs derrières des lumières fluorescentes de leurs bureaux, de se rendre sur le terrain et de travailler », a déclaré Yahav à la Deuxième chaîne mardi.

Le maire a fustigé de plus belle le gouvernement lors d’une conférence de presse dimanche matin : « Il y a quelques jours, le gouvernement a déclaré la guerre à un tiers des habitants de l’Etat d’Israël », a déclaré Yahav.

Yahav a cité les villes côtières de Hadera, au sud de Haïfa, et d’Acco [Acre], au nord comme les plus touchées par la pollution industrielle.

Des centaines de résidents de Haïfa ont protesté samedi soir contre la mauvaise qualité de l’air de la ville, appelant Yahav et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à « se réveiller ».

La procureure Alice Goldman, l’une des leaders de la protestation, a appelé le gouvernement à « déclarer notre zone polluée, parce nous étouffons et mourons, et que nos enfants font face à plus de risques de mourir d’un cancer ».

Le maire a détaillé les mesures qu’il est prêt à prendre « jusqu’à ce que le gouvernement israélien montre qu’il peut protéger des résidents de Haïfa et des Krayot, » entourant la ville.

« Il y a dix minutes », a déclaré Yahav dimanche matin, « les entrées au complexe d’Oil Refineries Ltd. et au terminal chimique du port de Haïfa ont été bloquées par des camions de la municipalité de Haïfa. »

Et de poursuivre : « En coordination, nous émettons aux usines des ordres de fermeture immédiate et déposons une requête auprès de la cour de geler tous les plans de ‘Karkaot Atsafon' ».

« Ce n’est que le début », a promis Yahav.

Les prochaines étapes, dit-il, seront encore plus drastiques. « Nous sommes du côté des enfants, et de tout ce qui concerne leur santé », a déclaré Yahav, « [nous nous battrons] comme à la guerre. Et en temps de guerre, tous les moyens sont cashers. »

Mais tout le monde n’a pas été impressionné par l’engagement du maire de Haïfa. Inbar Shaked-Daliot, porte-parole de l’organisation activiste environnementale Green Course, a réagi aux remarques de Yahav. « Nous combattons Oil Refineries Ltd. depuis des années», dit-elle.

« C’est seulement lorsque le sujet fait la une que Yona Yahav réagi. Où était-il jusqu’à présent ? Dans un tel cas, vous ne pouvez pas dire ‘mieux vaut tard que jamais’ », a déclaré Shaked-Daliot au journal Maariv.

Selon elle, Yahav prend des mesures si agressives afin de détourner la culpabilité de sa propre personne.

« Maintenant, il essaie d’éluder sa propre responsabilité et de pointer un doigt accusateur sur les autres», dit-elle.