Le maire musulman de Londres a demandé une tolérance zéro pour les crimes de haine après une série d’actes antisémites dans la capitale britannique.

Sadiq Khan a rencontré lundi soir des survivants de génocides, y compris de la Shoah, dans le cadre du programme de la ville pour la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste le 27 janvier.

« Je demande à tous les Londoniens de signaler toute forme de crime de haine, peu importe sa trivialité, a déclaré Khan au Guardian. Une brique avec une croix gammée jetée dans la fenêtre d’une maison juive n’est pas un question triviale, mais doit être traitée. »

« Ce n’est pas uniquement la personne qui est victime qui est touchée… mais les vagues du traumatisme sont ressenties par toute la communauté juive, et nous devons comprendre ce traumatisme psychologique », a-t-il ajouté.

« Nous avons le privilège de compter parmi nous à Londres des survivants de l’Holocauste, qui peuvent partager leurs histoires, qui enrichissent nos vies. Nous devons redoubler d’effort pour être certain que rien de ce genre n’arrive encore. »

De jeunes juifs ultra-orthodoxes dans le quartier londonien de Stamford Hill, le 17 janvier 2015. Illustration. (Crédit : Rob Stothard/Getty Images via JTA)

De jeunes juifs ultra-orthodoxes dans le quartier londonien de Stamford Hill, le 17 janvier 2015. Illustration. (Crédit : Rob Stothard/Getty Images via JTA)

Samedi matin, une brique comportant des croix gammées et des messages antisémites a été jetée par la fenêtre d’une maison juive dans le quartier Edgware. Quelques heures auparavant, dans le même quartier, un groupe de personnes visiblement juives avait reçu des œufs en rentrant chez elles après un dîner de Shabbat.

Des croix gammées ont également été découvertes dans une propriété du district de Barnet ; une benne à ordures de la ville avait été vandalisée avec des insultes antisémites, et une affiche pour le film « Denial » [Le procès du siècle, sortie en France en avril 2017] avait été vandalisée par des graffitis.

Le film raconte l’histoire de la bataille juridique entre David Irving, un négationniste, et l’universitaire Deborah Lipstadt, qui avait gagné le procès.

Les attaques ont pour objectif d’ « instiller la peur » dans la communauté juive, a déclaré l’association Shomrim, composée de volontaires qui assurent la sécurité de la communauté, au Jewish Chronicle.

Scotland Yard a annoncé que des policiers enquêtaient sur ces incidents, a indiqué l’Evening Standard, notamment en visualisant les images des caméras de sécurité.

La police a également augmenté le nombre de patrouilles dans ces quartiers pour rassurer les habitants, selon le journal, qui citait Scotland Yard.

La police métropolitaine de Londres considèrerait ces actes comme des crimes de haine.