Pour la première fois depuis des années, les Juifs ont pu se rendre lundi sur le mont du Temple sans être accompagnés des responsables de l’autorité religieuse musulmane. La police a autorisé les visiteurs non musulmans à revenir sur le lieu saint pour la première fois depuis l’attentat de vendredi dans la Vieille Ville de Jérusalem.

De nombreux membres du Waqf, l’institution islamique qui gère le site, se sont opposés aux détecteurs de métaux installés par Israël aux entrées du lieu saint, et ont refusé de monter sur le complexe, appelant les autres musulmans à ne pas s’y rendre non plus en signe de protestation.

Les fonctionnaires du Waqf surveillent généralement de près les visiteurs non musulmans sur le site, où un délicat statu quo ne permet que la prière musulmane.

La radio publique israélienne a annoncé que dix personnes avaient été blessées et trois arrêtées pour des jets de pierres pendant des échauffourées nocturnes contre les forces de sécurité à la porte des Lions de la Vieille Ville, près de l’une des neuf entrées du mont du Temple.

Des musulmanes protestent devant l'entrée de la porte des Lions vers le mont du Temple, dans la vieille ville de Jérusalem, après l'installation de détecteurs de métaux, le 16 juillet 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des musulmanes protestent devant l’entrée de la porte des Lions vers le mont du Temple, dans la vieille ville de Jérusalem, après l’installation de détecteurs de métaux, le 16 juillet 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lundi matin, la zone était calme, et les forces de sécurité prêtes à faire face à tout changement de situation.

Le compte Twitter du service israélien de premier secours Hatzolah a publié une photographie de ce qui serait un groupe de Juifs profitant de l’absence du Waqf pour réciter le Kaddish pour les deux policiers druzes tués dans l’attentat de vendredi.

Les responsables du Waqf et d’autres affirment que la mise en place de détecteurs de métaux et d’autres mesures de sécurité prévues, comme l’installation de caméras à l’extérieur des ports, brisent le délicat statu quo en vigueur sur le site, même si Israël assure qu’il ne sera pas modifié.

Avant dimanche, seule la Porte Mughrabi, seul point d’accès des visiteurs non musulmans, était équipée de détecteurs de métaux.

Naftali Bennett, ministre de l’Education et président du parti de droite HaBayit HaYehudi, a affirmé que la réaction musulmane aux mesures de sécurité était une « tempête dans un verre d’eau ».

Il a dit lundi à la radio publique israélienne que les visiteurs juifs du mur Occidental et les visiteurs musulmans de la Kaaba de La Mecque devaient eux aussi passer sous des détecteurs de métaux.

Yehuda Glick, député du Likud et militant du droit à la prière juive sur le mont du Temple, a publié sur Twitter une vidéo pour annoncer la montée des « 21 premiers Juifs sur le mont du Temple » depuis l’attentat de vendredi

Arnon Segal, militant de la campagne pour la reconstruction du Temple juif sur le mont, a dit à la radio que le site était vide lundi matin, et que c’était un soulagement de ne pas voir les membres du Waqf qui, a-t-il affirmé, crient sur les visiteurs juifs dès qu’ils soupçonnent une prière, même sur une mère chuchotant pour calmer son bébé.

Le cheik Safwat Freij, qui dirige l’association Al-Aqsa et est le directeur adjoint du la branche sud du Mouvement islamique, a affirmé que les caméras de sécurité ne feraient « qu’augmenter les frictions » entre les fidèles musulmans et les forces de sécurité.

« La mosquée n’est que pour la prière, a-t-il dit. Nous sommes contre la violence, et contre la politique à la mosquée. »

Semblant minimiser l’idée que deux Temples juifs se soient dressés sur le mont avant que la mosquée n’y soit construite, il a affirmé que le nombre de Juifs autorisés sur le site devait être diminué.

Dimanche, Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, a dit à la Deuxième chaîne que les contrôles de sécurité supplémentaires sur le lieu saint étaient à présent non négociables. « Des coups de feu depuis l’intérieur du mont du Temple franchissent toutes les lignes rouges », a-t-il dit.