BUDVA, Monténégro (JTA) – Pour la première fois depuis plus d’un siècle, la communauté juive de ce petit pays des Balkans a son propre rabbin résident, ont indiqué ses dirigeants.

Ari Edelkopf, un rabbin Habad de Los Angeles, s’est installé dans la capitale Podgorica il y a quelques semaines avec sa femme, Chana, et sept enfants. Il a dit qu’il officie chez lui en attendant la construction de la première synagogue du pays.

Edelkopf est également le premier rabbin résident du Monténégro depuis son indépendance en 2006, se séparant de la Serbie.

Jasa Alfandari, le président de la communauté juive du Monténégro, a remercié Edelkopf, dont le dernier poste rabbinique était en Russie, pour son service à la communauté jeudi soir à l’ouverture de la cinquième conférence annuelle Mahar au Monténégro. La conférence, pour les Juifs des Balkans et d’Europe centrale, comprenait entre autres le financement du Congrès juif euro-asiatique, du Congrès juif mondial et du Fonds national juif.

Près de 400 personnes ont assisté à la réunion du week-end dans la ville côtière de Budva, y compris les dirigeants communaux de toute la région.

Les rabbins Ari Edelkopf, au centre et Berel Lazar, à droite, écoutent un discours lors d’une réception de la Fédération des communautés juives de Russie à Sochi, en Russie, le 9 février 2017 (Autorisation de la Fédération des Communautés juives de Russie)

La pierre angulaire d’une synagogue au Monténégro sera posée l’année prochaine à Podgorica, a déclaré Milo Djukanovic, un ancien Premier ministre du Monténégro qui a participé à la conférence de Mahar en tant que conférencier d’honneur.

Montenegero compte 400 juifs, selon le Congrès Juif Mondial, « avec peut-être un dixième de ce qui participe à la vie spirituelle juive actuelle », selon Edelkopf.

Avant l’arrivée d’Edelkopf, la communauté juive du Monténégro relevait de Moshe Prelevic, le grand rabbin de Croatie. Il conservera son titre de principal rabbin commun au Monténégro et travaillera en parallèle avec Edelkopf, a indiqué M. Alfandari.

Un parc de Podgorica, capitale du Montenegro (Crédit : Alex Alishevskikh/Flickr/via JTA)

Entre-temps, Edelkopf accueillera les fidèles chez lui où il y tiendra des offices. Il s’est installé à Podgorica après avoir été forcé de quitter Sotchi plus tôt cette année. Son permis de séjour a été révoqué sur des allégations non fondées selon lesquelles il représentait une menace pour la sécurité nationale de la Russie.

Edelkopf a nié tout acte répréhensible et a demandé une révision judiciaire des charges non spécifiées contre lui, mais cela ne s’est jamais produit. Les juifs russes ont protesté de sa déportation comme une erreur judiciaire.

À Podgorica, son rôle sera de «convertir les Juifs locaux au judaïsme», a déclaré M. Alfandari.

« Ce que je veux dire, c’est que nous avons quelques centaines de Juifs selon la définition du terme » – ceux qui ont une mère juive, selon la loi juive traditionnelle – « mais ils savent très peu de choses sur ce que signifie être Juif. »

La souccah construite le mois dernier dans la cour d’Edelkopf était pour beaucoup de juifs locaux, la première cabane traditionnelle de Soukkot qu’ils aient vue, a déclaré Alfandari, né dans ce qui est maintenant la Serbie.

Séparément, la ville de Sabac en Serbie se prépare à ouvrir un musée juif ce mois-ci à l’intérieur d’une ancienne synagogue dans le but de faire appel aux touristes juifs d’Israël et au-delà.

« Nous pensons qu’avec l’afflux de touristes juifs à Belgrade ces dernières années, une très grande synagogue pourrait être un véritable complément aux attractions touristiques proposées en Serbie », a déclaré Branislav Stankovic, conservateur et historien au Musée national de Sabac. le quotidien Novosti.