Le mufti de Jérusalem, Mohammed Hussein, a annoncé à l’AFP avoir été libéré par la police israélienne qui l’avait arrêté plus tôt vendredi après une attaque dans laquelle deux policiers israéliens ont été tués.

« J’ai été libéré », a-t-il affirmé dans une très brève déclaration au téléphone avec l’AFP. Un de ses fils, Ahmad, a confirmé la libération sans condition de son père et précisé que la police s’était contentée de l’interroger durant son arrestation de quelques heures.

Le grand mufti se trouvait, au moment de son arrestation, réuni avec d’autres Palestiniens près de la porte des Lions dans la Vieille Ville pour dénoncer la fermeture du mont du Temple à la suite de l’attaque.

« Une unité spéciale de la police a arrêté le cheikh » près du mont du Temple, a dit Khaled Hamo, un de ses gardes du corps.

« Nous ne savons rien sur mon père qui a été amené à un poste de police » à Jérusalem-Est, avait dit son fils, Jihad Hussein. « J’étais avec lui, il n’a rien fait et je ne sais pourquoi ils l’ont arrêté ».

Cette interpellation a eu lieu quelques heures après que trois Arabes israéliens ont ouvert le feu dans la Vieille Ville de Jérusalem, tuant deux policiers, avant de fuir et d’être pourchassés et abattus sur le mont du Temple.

Après l’attaque, la police a annoncé la fermeture de toutes les entrées du mont du Temple, le troisième lieu saint de l’islam, et l’annulation des prières du vendredi dans l’édifice – une première depuis le début de la Seconde Intifada.

Des pliciers des frontières sur le mont du Temple après une attaque tuant deux des leurs, le 14 juillet 2017 (Crédit : police israélienne)

Des pliciers des frontières sur le mont du Temple après une attaque tuant deux des leurs, le 14 juillet 2017 (Crédit : police israélienne)

La police a également détenu Sheikh Akrama Sabari, le précédent mufti de Jérusalem.

Selon un tweet du journaliste Nasser Atta, Sabari a appelé tous les musulmans à « libérer » Jérusalem et la Palestine dans son sermon du vendredi.

Sabari est connu pour ses attaques vitrioles contre Israël et le judaïsme. Il a déclaré dans le passé que les musulmans évinceraient les résidents « temporaires » de Jérusalem, faisant référence aux juifs.