Le musée d’Auschwitz-Birkenau a appelé mercredi les Allemands et les Autrichiens à lui transmettre tous souvenirs des soldats Waffen-SS de l’ancien camp nazi, lettres privées ou photos, pour permettre de « mieux comprendre la mentalité des bourreaux ».

« Aujourd’hui nous demandons de l’aide », écrit le directeur du musée Piotr Cywinski sur la page internet de l’institution installée sur le site du camp. Celui ci avait été créé par les nazis dans le sud de la Pologne occupée, dans la petite ville d’Oswiecim, que les Allemands ont rebaptisée Auschwitz et qui a retrouvé après la guerre son nom polonais.

Il appelle « toute personne en possession de documents, lettres privées, photos, souvenirs quelconques » à les remettre au musée.

« Sans une analyse détaillée, sans comprendre les motivations des bourreaux, nos efforts en vue de mettre en garde les générations futures resteront seulement intuitifs », explique-t-il.

« L’histoire du camp nazi allemand d’Auschwitz-Birkenau n’est pas encore complète. Nous connaissons des témoignages d’anciens prisonniers, qui donnent la vision des victimes. Nous disposons d’une partie de la documentation du camp – ce sont des documents administratifs. Nous disposons de dossiers des procès (des criminels nazis) d’après-guerre – c’est le langage de la défense judiciaire », indique-t-il dans son appel.

Cependant, « ceci n’est pas suffisant pour comprendre la plus grande tragédie dans l’histoire de l’Europe ». Après la guerre, poursuit M. Cywinski, très peu de photos du personnel du camp, de lettres des SS ou autres documents ont été retrouvés.

Le musée qui célébrera le 27 janvier le 72e anniversaire de la libération du camp, s’engage à garantir l’anonymat des donateurs et les prie de contacter les archives (archiv@auschwitz.org).

Entre 1940 et le début de 1945, l’Allemagne nazie a exterminé à Auschwitz-Birkenau environ 1,1 million de personnes, dont un million de juifs de différents pays européens. Ce camp où quelque 80.000 Polonais non juifs, 25.000 Roms et 20.000 soldats soviétiques ont également trouvé la mort, a été libéré par l’Armée Rouge en janvier 1945.

Le musée, créé par le gouvernement polonais en 1947, abrite plusieurs milliers d’objets ayant appartenu aux anciens prisonniers, dont 4.000 valises, des dizaines de milliers de chaussures, de brosses ou d’ustensiles de cuisine, mais également des cheveux d’ex-détenus.