Un musée rénové en Allemagne consacré à Richard Wagner traite l’antisémitisme du compositeur du 19e siècle et les liens de sa famille avec Hitler.

Le musée à Bayreuth, dans le nord de la Bavière, a été inauguré de nouveau le dimanche en collaboration avec le Festival annuel Wagner de Bayreuth, a indiqué Reuters, après un projet de rénovation qui a eu lieu sur cinq années et dont le coût s’est élevé à 22 millions de dollars.

Plusieurs intervenants lors de la cérémonie d’ouverture ont mentionné les liens de la famille Wagner avec le nazisme.

Ouvert à l’origine en 1976, le musée comprend la maison du compositeur et la maison de son fils. Il présente maintenant les tracts antisémites publiées anonymement dans un premier temps par le compositeur, puis sous son nom, et comprend une affiche montrant les liens étroits de sa famille avec Hitler et le mouvement nazi qui s’est développé après sa mort en 1883, selon Reuters.

Wagner était le compositeur préféré d’Hitler et il a souvent assisté au festival de Bayreuth.

« À l’âge de douze ans », a écrit Hitler dans « Mein Kampf », « j’ai vu … le premier opéra de ma vie, ‘Lohengrin’… J’étais accro. Mon enthousiasme de la jeunesse pour le Maître de Bayreuth ne connaissait pas de limites ».

Le directeur du musée, Sven Friedrich, a déclaré dans les médias vendredi, selon Reuters : « Lorsque le musée a ouvert il y a près de 40 ans, il n’était pas complet. Il aurait dû non seulement aborder sa musique et ses opéras, mais aussi les réactions à son travail dans les décennies suivantes et les relations de sa famille avec Hitler ».

Les essais antisémites de Wagner sont affichées sur des moniteurs vidéo dans le musée. Il y a aussi une exposition temporaire montrant les liens nazis de la famille Wagner.

Une interdiction informelle empêchant d’interpréter en public la musique de Wagner a été instaurée en Israël depuis la fondation de l’Etat juif.