Le pape François, qui était en Israël fin mai, a condamné très fermement la mort des trois jeunes Israéliens enlevés, qualifiée de « crime inacceptable et exécrable », dans un communiqué du Vatican diffusé lundi soir.

« La nouvelle du meurtre des trois jeunes Israéliens est terrible et dramatique. L’assassinat de personnes innocentes est toujours un crime inacceptable et exécrable », a déclaré le pape.

Le pape François a dit vouloir « s’unir à la douleur des familles frappées par cette violence homicide et à la douleur des personnes touchées par les conséquences de la haine ».

« C’est un grave obstacle sur le chemin de la paix pour laquelle nous devons continuer de nous impliquer et prier », a ajouté le pape argentin qui avait organisé le 8 juin au Vatican « une invocation à la paix », une rencontre de prière historique réunissant Palestiniens et Israéliens.

« La violence appelle plus de violence et alimente le cercle mortel de la haine », a encore déploré le pape dans le communiqué officiel.

Fin mai, le pape Jorge Bergoglio, élu depuis un an, avait effectué son premier voyage au Moyen Orient, un périple intense de trois jours qui l’avait mené en Jordanie, dans les Territoires palestiniens et en Israël.