Le pape François est arrivé dimanche après-midi en Israël, au deuxième jour de son pèlerinage au Proche-Orient, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le chef de l’Eglise catholique, arrivé de la ville palestinienne de Bethléem à bord d’un hélicoptère militaire jordanien, a atterri à l’aéroport international de Tel Aviv, où il a été accueilli par le président israélien Shimon Peres et le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

François a marché lentement le long du tapis rouge, conversant avec le chef de l’Etat israélien, tandis qu’une fanfare jouait des marches militaires israéliennes.

Il a ensuite serré la main de ministres du gouvernement de M. Netanayhu, de personnalités de l’opposition et de dignitaires religieux.

Le pape François en Israël délivre un message de paix et ne veut pas laisser de place pour l’antisémitisme et l’intolérance.

Le pape François a exprimé dimanche à Tel Aviv son « profond chagrin » pour les victimes de l’attaque du Musée juif de Belgique, qui a fait trois morts samedi à Bruxelles, en estimant qu’il ne devait « pas y avoir de place » pour l’antisémitisme.

« Je suis profondément attristé, mes pensées vont à ceux qui ont perdu leur vie dans l’attaque à Bruxelles. Je confie leur âme à Dieu », a déclaré le chef de l’Eglise catholique lors d’un discours à son arrivée en Israël.