Les manœuvres pré-électorale battent son plein, les rapports ont indiqué vendredi que le Parti travailliste dirigé par Isaac Herzog et le parti Hatnua dirigé par l’ancienne ministre de la Justice Tzipi Livni envisageaient de faire campagne ensemble dans les élections de mars 2015.

Livni et Herzog auraient discuté de la possibilité au cours des derniers jours, a rapporté Radio Israël.

Selon la dixième chaine, Livni obtiendrait la place de numéro deux sur la liste et deux sièges de plus pour les membres du parti pour Amram Mitzna et Amir Peretz dans le top 10.

Un sondage Globes a donné une alliance Labor-Hatnua 24 sièges, rapporte la Dixième chaîne.

Livni et Herzog sont à Washington pour participer au Forum annuel Saban, une réunion réunissant des responsables politiques, des universitaires, des chefs d’entreprise et des journalistes, pour des échanges sur les liens israélo-américaines et les questions relatives au Moyen-Orient.

Herzog a posté une photo de lui et de Livni avant son départ pour les États-Unis, déclenchant ainsi la rumeur quant à leur éventuelle collaboration.

Pendant ce temps, les deux quotidiens Haaretz et Israel Hayom ont rapporté vendredi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas encore complètement renoncé à l’idée de rassembler une coalition de rechange, et d’éviter ainsi les élections, qu’il a publiquement appelées.

La Knesset doit passer lundi les deuxième et troisième lectures du projet de loi de dissolution, avec des élections prévues pour le 17 mars, mais les deux journaux, citant des sources anonymes, prétendent que Netanyahu essayait d’éviter ce processus.

Israel Hayom, en citant des responsables ultra-orthodoxes, affirme qu’ils avaient été contactés pour rejoindre une nouvelle coalition et préempter les élections.

Le document a également affirmé que le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman, jusqu’ici opposé à de telles alliances, peut être en train de changer d’avis.

Pour sa part, Haaretz, citant des sources de l’opposition insiste pour dire que Netanyahu cherche à construire une nouvelle coalition et éviter des élections.

« Je ne ai aucun doute que jusqu’au dernier moment, Netanyahu va essayer de forger une coalition de remplacement plutôt que de se tourner vers des élections, » a déclaré un membre du parti Yesh Atid. « Netanyahu a la possibilité de rester à son poste pendant trois ans sans élections, alors pourquoi aurait-il risquer de perdre son règne, en se lancent dans cette aventure dangereuse ? »

Il n’y avait pas de confirmation concernant ces rapports.

Gideon Saar (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

Gideon Saar (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

Par ailleurs, l’ancien ministre de l’Intérieur Gideon Saar a été rapporté dans plusieurs médias en hébreu, envisager un retour à la politique pour concurrencer Netanyahu pour la direction du Likud, ainsi qu’à son poste de Premier ministre. Certains partisans du Likud lui avaient demandé de considérer l’idée, et il ne l’avait « pas rejetée, » a rapporté vendredi matin, la radio de l’armée.

A HaBayit HaYehudi, la députée Ayelet Shaked a déclaré que son parti chercherait à prendre le contrôle du ministère de la Justice dans le cadre d’une nouvelle coalition.

HaBayit HaYehudi et le Likud ont également déclaré avoir signé un accord de « votes excédentaires » – pour s’assurer qu’aucunes voix exprimées en faveur des deux partis ne soient perdues au moment où les sièges à la Knesset sont attribués après les élections sous le système israélien de représentation proportionnelle pure.

Le mardi, Isaac Herzog (parti travailliste) a appelé les partis centristes et de gauche à se rallier autour de lui et a appelé Livni et Mofaz à s’aligner avec les travaillistes.