Le patriarche maronite en Arabie saoudite
Rechercher

Le patriarche maronite en Arabie saoudite

Cette visite est un rare moment d'échange interreligieux dans le royaume ultra-conservateur qui recèle les lieux les plus saints de l'islam

Le patriarche maronite libanais Mar Bechara Boutros al-Rahi (2R) accueille les membres de la communauté libanaise vivant en Arabie saoudite à l'ambassade du Liban à Ryad le 13 novembre 2017. (Crédit : AFP / FAYEZ NURELDINE)
Le patriarche maronite libanais Mar Bechara Boutros al-Rahi (2R) accueille les membres de la communauté libanaise vivant en Arabie saoudite à l'ambassade du Liban à Ryad le 13 novembre 2017. (Crédit : AFP / FAYEZ NURELDINE)

Le patriarche maronite, Mgr Bechara Raï, est arrivé lundi à Ryad pour une visite, alors que les relations entre le Liban et l’Arabie saoudite connaissent des tensions après la démission soudaine du Premier ministre libanais Saad Hariri

Mgr Bechara Raï devrait rencontrer M. Hariri, qui a annoncé le 4 novembre sa démission dans un discours télévisé donné depuis Ryad, où selon le président libanais sa liberté a été « restreinte ». Saad Hariri a assuré pour sa part dimanche qu’il allait rentrer « très bientôt » dans son pays, assurant être « libre » en Arabie saoudite.

Le patriarche maronite devrait aussi rencontrer le roi Salmane et le prince héritier Mohamed ben Salmane, lors d’une visite qui symbolise un rare moment d’échange interreligieux dans le royaume ultra-conservateur, qui recèle les lieux les plus saints de l’islam.

« La visite du patriarche Bechara Raï souligne l’approche du royaume en faveur de la coexistence pacifique, de la proximité et de l’ouverture à toutes les parties de la population arabe », a écrit sur Twitter le ministre en charge des relations avec les pays du Golfe, Thamer al-Sabhan.

Saad Hariri (photo credit: US State Department)
Saad Hariri (Crédit : US State Department)

Le patriarche a d’abord rencontré la communauté libanaise de Ryad.

« Nous allons maintenir une amitié forte entre l’Arabie saoudite et le Liban », a-t-il déclaré à l’ambassade du Liban à Ryad.

« C’est notre histoire, même si nous avons parfois eu des relations orageuses. Il y a une histoire d’amitié avec ce cher royaume », a-t-il ajouté.

La démission de M. Hariri, qui a plongé le Liban dans la crise, est survenue alors que la tension monte entre l’Arabie saoudite, sunnite, et l’Iran chiite, qui soutiennent des parties opposées dans des conflits comme ceux que connaissent notamment la Syrie et le Yémen.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...