Le patriarche maronite Bechara Raï a affirmé vendredi à l’AFP qu’il accompagnerait en mai le pape François en Terre Sainte, notamment à Jérusalem, une première pour un dignitaire religieux libanais de ce rang depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948.

« Il ne s’agit en rien d’une visite politique mais religieuse. Le Pape se rend en Terre Sainte et à Jérusalem. Il va dans le diocèse du patriarche, c’est normal que le patriarche l’accueille », a déclaré le patriarche par téléphone depuis la France où il se trouve en visite.

« Il est normal aussi que le patriarche aille visiter les paroisses de son diocèse », a-t-il ajouté. Mgr Raï est patriarche maronite d’Antioche, de Jérusalem et de tout l’Orient.

Le Liban et Israël sont techniquement en guerre depuis 1948 et les Libanais qui s’y rendent peuvent être poursuivis pour haute trahison.

Selon le centre catholique d’information au Liban, il y a 10 000 maronites en Terre Sainte.

« Mgr Raï ne participera pas à aucune rencontre politique en Israël mais rencontrera en revanche le président palestinien Mahmoud Abbas », a expliqué le premier adjoint du patriarche Raï, l’évêque Boulos Sayyah qui l’accompagnera dans sa visite.

Il a précisé que « depuis l’armistice en 1949, il a été convenu que l’évêque maronite de Terre sainte peut se déplacer entre le Liban et la Palestine en passant par la ville frontalière de Naqoura », dans le sud du Liban.

« Par ailleurs, a-t-il ajouté, un accord tacite existe avec les autorités libanaises permettant aux (autres) hommes et femmes de religion d’aller en mission en Terre sainte soit par les frontières terrestres (via la Jordanie) soit par l’aéroport de Tel Aviv car il y a là-bas des fidèles et nous devons poursuivre notre mission ».

Le pape François effectuera du 24 au 26 mai son premier pèlerinage en Terre Sainte depuis son élection.