BERLIN (JTA) – À la fin de l’année 1943, les Allemands cherchaient désespérément à dissimuler toute trace de leur camp de la mort à Sobibor, en Pologne. Ils ont démoli des bâtiments, rasé les preuves, planté des arbres.

Plus de 70 ans plus tard, les archéologues dirigés par Yoram Haimi de l’Autorité des Antiquités d’Israël entreprirent de fouiller le site, découvrant des chambres à gaz, des fosses communes – et, l’année dernière, un pendentif en argent d’une fille. Il y est gravé une date, le lieu « Francfort » et les mots hébreux « mazal tov ».

Comme un cri venant de la terre, les restes d’un terrain d’abattage ont mis à jour un passé tragique pour une famille qui en savait peu.

Grâce en grande partie à un petit-fils de survivants de l’Holocauste qui est un généalogiste amateur, les parents vivants de la fille auquel appartenait le pendentif, ont été identifiés.

Le 13 novembre, plus de 30 parents de la jeune fille, Karoline Cohn, se rassemblent à Francfort-sur-le-Main en Allemagne pour y inaugurer un monument commémoratif « pierre d’achoppement ». Une petite plaque en laiton avec sa date de naissance, lieu de déportation et adresse connue, Thomasiusstraße 10.

Le monument sera installé par l’artiste Gunter Demnig, qui a créé le projet en 1996. Depuis lors, plus de 50 000 monuments commémoratifs ont été installés dans toute l’Europe.

Beaucoup de parents de Karoline ne se sont jamais rencontrés auparavant. Ils viendront des États-Unis, d’Israël, du Japon, de la Grande-Bretagne, du Nicaragua et de Hong Kong pour honorer la mémoire de quelqu’un qu’ils n’ont jamais connu.

Un archéologue tient le pendentif découvert lors des fouilles du camp de Sobibor, en Pologne, en 2016. (Crédit : Conference on Jewish Material Claims Against Germany/via JTA)

« Nous avons eu cette personne qui a été complètement oubliée, même par ses parents survivants », a déclaré le généalogiste amateur, Chaim Motzen, qui a reconstitué l’arbre généalogique de Karoline. Il a dit que certaines personnes qu’il a contactées ne savaient même pas qu’elles avaient un lien avec l’Holocauste.

« Grâce à ce pendentif, les gens apprennent les uns des autres et de leur histoire, ainsi que de Karoline », a déclaré Motzen, parlant de Jérusalem. « Nous connaissons maintenant le sort des cousins, des tantes et des oncles de Karoline, dont beaucoup ont été assassinés dans l’Holocauste ; des gens qui étaient la plupart du temps oubliés. »

Ce n’était pas facile. Peu après la découverte du pendentif, des chercheurs du mémorial israélien de Yad Vashem – The World Holocaust Remembrance Centre – dirigé par Joel Zisenwine, directeur de la base de données sur les déportations – ont utilisé des enregistrements pour relier le nom du lieu et de la date de naissance au pendentif de Karoline Cohn.

Des documents ont révélé qu’elle et sa famille ont été déportées de Francfort à Minsk le 11 novembre 1941, alors qu’elle avait 12 ans. Karoline a pu être parmi les 2 000 Juifs envoyés à Sobibor dans la Pologne occupée par les nazis en 1943.

Stimulé par la nouvelle de la trouvaille sensationnelle à Sobibor, Motzen, un entrepreneur dans les énergies renouvelables, a entrepris de reconstituer un arbre généalogique des parents vivants de Karoline Cohn et aussi ceux qui ont péri dans l’Holocauste. Il a réussi à identifier plus de 100 cousins à travers le monde.

Il a trouvé des indices dans les archives de Yad Vashem, dans les nécrologies, dans les actes de mariage et de décès. Un contact a conduit à un autre. Motzen a récemment localisé des parents en Californie qui ont « une mine de lettres, dont une de la mère de Karoline à sa nièce en Amérique. » Elles sont en cours de traduction.

Morris ‘Moritz’ Eisemann : selon son fils, la photo aurait été prise en Allemagne dans les années 1920. La sœur d’Eisemann était la mère de Karoline Cohn, dont le pendentif a été retrouvé lors de fouilles dans l’ancien camp d’extermination de Sobibor, et qui n’a pas survécu à la guerre (Crédit : Barry Eisemann/via JTA)

Barry Eisemann, 72 ans, d’Arlington, en Virginie, est un cousin germain de Karoline Cohn qui ne connaissait même pas son existence avant que Motzen ne le contacte lui et sa fille, Mandy, en janvier. Il assistera à la cérémonie de Francfort sur le Main.

Motzen, qui assistera également à la cérémonie commémorative, « a commencé à parler du pendentif, et comment le seul autre connu avait appartenu à Anne Frank », a déclaré Mandy Eisemann à JTA dans un appel de sa maison dans le Maryland. « Je ne comprenais pas pourquoi il m’appelait jusqu’à ce qu’il révèle qu’il croyait que mon père et sa sœur Michele étaient les parents les plus proches de la petite fille. »

Le pendentif triangulaire est presque identique à celui que portait Anne Frank, qui était aussi originaire de Francfort.

De Motzen, Barry Eisemann a appris que la sœur de son père, Elsa, avait épousé Richard Cohn, et qu’ils avaient eu deux filles, Karoline et Gitta – les cousines ​​germaines d’Eisemann. Tous sont morts dans l’Holocauste.

« Je ne connaissais même pas leurs noms avant », a déclaré Barry Eisemann à JTA, en train de parler de sa maison. Son père, Morris (anciennement Moritz), « n’a jamais vraiment parlé de l’Holocauste et de ce qui est arrivé à la famille. … Il protégeait mes soeurs et moi de connaître la tragédie et l’horreur. »

En Allemagne, Barry Eisemann visitera la ville natale de son père, Bad Orb. Et sa fille emmène ses enfants en voyage.

« Je voulais qu’ils fassent l’expérience de cela parce que ce n’est pas seulement notre histoire familiale, qu’ils devraient connaître, mais aussi l’histoire juive et l’histoire du monde », a déclaré Mandy Eisemann. « Je veux qu’ils comprennent à quel point nous sommes chanceux d’être ici. »

L’événement est parrainé par la Claims Conference (en charge des réclamations matérielles des juifs en Allemagne), qui a financé les fouilles à Sobibor et soutient les archives de Yad Vashem.

Des chercheurs israéliens et polonais effectuent des fouilles dans l’ancien camp d’extermination de Sobibor, dans l’est de la Pologne. (Crédit : Yad Vashem)

Après la cérémonie commémorative, les archéologues Yoram Haimi d’Israël et son collègue polonais Wojciech Mazurek prendront la parole à l’école juive philanthropique de Francfort, que Karoline a probablement fréquentée. Des adolescents de l’école publique Anne Frank y assisteront et tiendront un atelier et un dialogue.

« Nous parlons toujours d’Anne Frank, mais parfois nous oublions qu’il y avait beaucoup d’autres familles, beaucoup d’autres enfants qui ont peut-être vécu quelque chose de semblable et qui ne sont jamais vraiment mentionnés », a déclaré le directeur Nicola Gudat. « Nous avons pensé qu’il serait intéressant pour nos élèves de penser à une autre fille du même âge, qui vit aussi à Francfort, avec un sujet du type ‘comment sa vie aurait été’. »

Quelque 1,5 million d’enfants ont été assassinés dans l’Holocauste.

« Certaines personnes comprennent l’ampleur », a déclaré Greg Schneider, vice-président exécutif de la Claims Conference basée à New York. « Mais les noms et les histoires de personnes spécifiques ne sont pas connus, ils sont oubliés.

« Nous utilisons cette histoire unique, en rassemblant les pièces connues et en essayant de dire que nous ne pouvons pas oublier qui étaient ces gens et comment ils ont été assassinés », a-t-il dit.

En tout, 250 000 Juifs ont été assassinés dans le camp d’extermination en moins de deux ans.

Il y a une dizaine d’années, les archéologues ont commencé à chercher des indices dans les ruines de Sobibor. Ils ont trouvé les restes de la hutte où les femmes ont été obligées de se déshabiller et ont été rasées avant d’être gazées. Ils ont localisé les restes de quatre chambres à gaz, chacune capable de tuer jusqu’à 100 personnes à la fois. Ils ont trouvé des épingles à cheveux, des bijoux et d’autres petits objets.

Le pendentif de Karoline sera conservé dans un mémorial de l’Holocauste en Pologne.

Ce qui lui est arrivé « est arrivé à des centaines de milliers de personnes », a déclaré Schneider.

« Pour moi, l’image est obsédante », a t-il ajouté. « Elle nous a laissé un indice en cours de route, et elle nous interpelle : ‘Ne m’oubliez pas’. »

Pour Barry Eisemann, tout un chapitre de l’histoire et une branche de son arbre généalogique ont été restaurés – un chapitre et une branche que son père avait cachés.