Le photographe Brian Hendler, plusieurs fois récompensé, qui vivait à Jérusalem, est mort à 63 ans.

Hendler, un immigrant sud-africain de Jérusalem, est mort soudainement mercredi à l’âge de 63 ans, selon le Jerusalem Post, l’un des nombreux médias pour qui Hendler avait travaillé. L’article n’a pas donné plus d’informations sur la cause de son décès.

Hendler avait longtemps été photographe de l’équipe de la Jewish Telegraphic Agency en Israël. Parmi d’autres médias, Hendler avait travaillé pour les agences de presse Associated Press, Reuters, et pour National Geographic. Il avait également pris des photos pour des organisations juives et sionistes.

Pendant qu’il travaillait pour JTA dans les années 2000, Hendler avait gagné au moins quatre fois la première place de l’American Jewish Press Association. Parmi ses photos récompensées, il y avait des photos du retrait d’Israël de Gaza en 2005, « Mer de soldats » et « Quitter Gaza », ainsi que des photos du conflit en 2004, « Soldats en deuil à Gaza », et « Combattre la clôture ».

« Brian était très dévoué, a déclaré Lisa Hostein, rédactrice chez JTA à l’époque et à présent rédactrice en chef de Hadassah Magazine. Il voulait toujours être au bon endroit pour la bonne photo. Parfois cela arrivait par chance, et parfois cela prenait des jours ou des semaines d’organisation. Pendant tout le temps où il a travaillé avec JTA, il a couvert certains des plus importants développements de la vie israélienne. C’était souvent ces images que le monde juif voyait en premier. »

Dina Kraft, correspondante en Israël de JTA dans les années 2000, et maintenant professeur de journalisme à l’université de Northeastern, a rappelé la considération délicate de Hendler pour les sujets des interviews qu’ils faisaient ensemble pour JTA.

« Nous avons passé beaucoup de temps à l’été 2005 à Gaza pour interviewer des résidents juifs avant leur évacuation. Je me souviens à quel point il était prévenant avec ces sujets et à chaque fois, a déclaré Kraft. Brian était un photographe doué, capable de capturer des moments humains dans des histoires complexes, que ce soit une mère israélienne tenant son bébé pendant la sirène d’un raid aérien dans le sud ou les traces de pas solitaires des réfugiés soudanais traversant les dunes de sable pour aller en Israël. »

Hendler, qui n’était pas marié et n’avait pas d’enfants, laisse derrière lui sa mère et un frère et en Afrique du Sud, a relaté le Post.

« Brian a fait son alyah jeune de lui-même, et est resté, a déclaré au Jerusalem Post une proche, Yael Newman. Il était engagé envers Israël et les valeurs juives, et était passionné de photographie. »