Les membres de l’armée militaire qui suivraient un ordre de Donald trump, s’il devenait président, consistant à tuer des familles de terroristes pourraient devoir faire face à des procès pour crime de guerre comme ceux de Nuremberg, a averti un ancien secrétaire de la Défense.

Jeudi dernier, Trump avait promis de tuer les familles de terroristes et de torturer les suspects de terrorisme s’il était élu président, mais il a déclaré vendredi que de telles actions violeraient la loi internationale.

S’exprimant sur CNN jeudi, William Cohen, qui était le dernier chef de la Défense du président Bill Clinton, a déclaré : « L’idée que nous pourrions attaquer et tuer les familles de terroristes est quelque chose qui va à l’encontre de ce que les Etats-Unis défendent dans ce monde… il y a quelque chose appelé Nuremberg dont nous devons être préoccupés ; il s’agirait d’un ordre donné par un commandant en chef qui viole tout sens de droit et d’ordre, de droit et d’ordre international, qui rendrait n’importe qui exécutant un tel ordre responsable d’une violation du code criminel international ».

Les procès de Nuremberg étaient une série de procès militaires tenus par les forces alliées en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale dans lesquels les dirigeants nazis étaient poursuivis pour crimes de guerre.

Jeudi dernier, lors du débat présidentiel républicain sur Fox News, Trump a réaffirmé son soutien à l’idée de cibler les familles de terroristes et à l’utilisation du waterboarding (torture simulant la noyade). « Nous devrions utiliser le waterboarding et nous devrions faire plus dur que le waterboarding », a-t-il déclaré.

Vendredi, Trump a fait machine arrière et a publié une déclaration affirmant qu’il n’ordonnerait pas à l’armée américaine de violer les lois internationales pour combattre le terrorisme.

« J’emploierai toute la puissance légale dont je diposerai pour arrêter ces ennemis terroristes. Cependant, je comprends bien que les Etats-Unis sont liés à des lois et des traités et je n’ordonnerai pas à notre armée ou à d’autres officiels de violer ces lois et chercherait leur conseil sur de tels sujets », a-t-il déclaré.

Cohen, dont le père était juif, a mentionné sur CNN des commentaires exprimés la semaine dernière par l’ancien directeur de la CIA et de la NSA Michael Hayden que l’armée « refuserait d’agir » sur un ordre donné par Trump, en tant que commandant en chef, de tuer des membres de la famille de terroristes.

S’exprimant dans l’émission de Bill Mharer sur HBO au sujet de la promesse de Trump de tuer des membres de la famille de terroristes de l’Etat islamique, Hayden a déclaré « que s’il devait donner cet ordre une fois au pouvoir, les forces armées américaines refuseraient d’agir ».

« On vous demande de ne pas suivre un ordre illégal. Cela constituerait une violation de toutes les lois internationales de conflit armé », a-t-il déclaré.