La demande d’adhésion de la Palestine à la Cour pénale internationale (CPI) est prête, de même qu’une plainte pour crimes de guerre contre Israël, a annoncé lundi un dirigeant palestinien.

« Il ne reste plus au président Mahmoud Abbas qu’à signer la demande d’adhésion » à la CPI, a déclaré à l’AFP Mohammed Achtiyeh. « La plainte contre les crimes de guerres israéliens est prête à être soumise au tribunal de La Haye », a-t-il ajouté.

Les autorités palestiniennes ont prévenu qu’elles déposeraient une demande d’adhésion à la CPI si leurs efforts actuels pour obtenir une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU prévoyant le retrait des Israéliens sous trois ans échouaient. Or un tel échec est probable compte tenu de l’opposition américaine à cette démarche.

L’adhésion de la Palestine à la CPI, qui lui permettrait de poursuivre Israël en justice, est une initiative hautement sensible. Washington, important bailleur d’aide aux Palestiniens et principal allié d’Israël, y est également hostile.

« Les principaux crimes contre lesquels les Palestiniens vont porter plainte sont la colonisation et l’occupation en tant que crimes de guerre », a déclaré M. Achtiyeh. Il a également évoqué les crimes commis, selon lui, par les Israéliens durant les trois opérations qu’ils ont menées sur la bande de Gaza en 2008/2009, 2012 et à l’été 2014.

« La direction palestinienne s’est fixée comme première étape de présenter au Conseil de sécurité de l’ONU un projet de résolution fixant la fin de l’occupation (israélienne) sous deux à trois ans », a-t-il dit, ajoutant que le vote aurait lieu après les élections au Congrès américain prévues le 4 novembre.

Achtiyeh a indiqué que les Palestiniens avaient « des contacts intensifs avec les pays amis, notamment européens », afin qu’ils plaident leur cause auprès de Washington au sujet de ce projet de résolution.

Mais, a-t-il accusé, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu « tente d’utiliser la préoccupation mondiale, et notamment dans notre région, autour de l’organisation Etat islamique pour tuer le projet d’un Etat palestinien ».