Les forces aériennes de neuf pays ont donné dimanche le coup d’envoi de l’exercice Drapeau bleu dans le sud d’Israël – le plus important exercice aérien jamais organisé par l’armée israélienne.

Des équipes d’Inde, des Etats-Unis, de Grèce, de Pologne, de France, d’Italie et d’Allemagne participent à ces exercices aux côtés d’Israël et d’un huitième pays qui n’a pas été identifié par l’armée israélienne.

C’est la première fois que l’Inde prend part à cet exercice biannuel, un signe des liens militaires qui ne cessent de s’améliorer entre Jérusalem et New Delhi.

Les forces aériennes indiennes ont envoyé un transporteur de type C-130J. D’autres pays ont délégué des avions-chasseurs, des avions de transport ou de ravitaillement.

Selon l’armée israélienne, ce sont plus de mille personnes – pilotes, commandants, personnels techniques – qui prennent part à cet exercice de 11 jours.

Il se déroulera à partir de la base des forces aériennes d’Ovda, au nord d’Eilat.

« Les nations participantes sont arrivées en Israël dans leurs propres avions et elles pratiqueront différentes situations et scénarios », a dit l’armée israélienne.

Les pays affronteront l’Escadron rouge de l’armée israélienne, qui agira comme une force ennemie durant les exercices.

Selon l’armée, l’objectif de ces entraînements est d’améliorer à la fois les capacités techniques et de renforcer la « coopération diplomatique entre les pays ».

Des avions chasseurs participant à l’exercice international « Drapeau bleu », au début du mois de novembre 2017 (Crédit : Armée israélienne)

C’est la troisième fois qu’Israël accueille l’exercice international du Drapeau bleu, qui existe depuis 2013 et qui rassemble de plus en plus de pays à chaque fois.

La planification de l’exercice 2017 a commencé approximativement il y a un an, a fait savoir l’armée israélienne.

Cette année, les militaires ont revu à la baisse le temps passé par les avions en vol et les zones où ils s’entraîneront « afin de ne pas interférer dans les vols civils vers Eilat », a fait savoir l’armée.

L’armée israélienne a souligné que l’exercice Drapeau bleu n’est lié à aucune situation sécuritaire particulière en cours.

Elle a également fait savoir que les civils ne devaient pas s’alarmer d’une augmentation des activités aériennes.