L’ancien directeur général des informations de la Deuxièmes Shalom Kittal a critiqué la décision de Netanyahu de ne pas accorder une interview au journaliste Raviv Drucker de la Dixième chaîne.

« Ce que Netanyahu fait est mauvais, à mon avis », aurait affirmé Kittal.

Ces propos ont été repris par Ynet. « Il n’est pas le premier à boycotter certains journalistes, mais c’est une honte qu’il ait choisi de le faire. Je pense qu’une interview avec un interviewer à l’esprit vif lui ferait plus de bien que le fait de l’éviter ».

Kittal a défendu la décision de la Première et de la Deuxième chaîne de diffuser leurs entretiens avec Netanyahu en dépit de son refus d’intervenir sur la Dixième chaîne.

« Il n’y a pas d’autre choix que de diffuser l’interview sur les autres chaînes. Le principal facteur sur lequel nous devrions nous pencher, avec tout le respect dû à la solidarité montrée à la Dixième chaîne, est l’intérêt de la population [pour cette interview], » a-t-il estimé.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu accordera des interviews à la Première et Deuxième chaîne – mais pas sur la Dixième chaîne, a donc annoncé Haaretz.

Les conseillers du Premier ministre ont refusé d’accorder une interview à la Dixième chaîne après que la chaîne ait refusé d’accepter la condition imposée par l’équipe de Netanyahu : que le journaliste Raviv Drucker ne participe pas à l’interview.

Drucker est l’homme qui a révélé l’affaire Bibi-Tours il y a plusieurs années de cela et a été en général très critique à l’égard du Premier ministre. Il y a quelques semaines, il a publié un projet de rapport du contrôleur de l’Etat, une action que le journaliste de Maariv Kalman Liebskind a considéré comme étant « profondément non professionnelle. »

Liebskind a couvert de louanges le professionnalisme journalistique de Drucker, mais a déclaré que son zèle pour voir Netanyahu remplacé aux prochaines élections a assombri son jugement et que la publication de ce rapport qui n’était encore qu’un brouillon était à la fois non-professionnel et contraire à l’éthique.

Avec le Likud qui dégringole dans les sondages, la décision de refuser un entretien à la Dixième chaîne va certainement avoir des répercussions – que ce soit en la faveur du Likud ou à son détriment, cela reste à voir.

« Bibi-tours » était une affaire dans laquelle le Premier ministre Netanyahu a été accusé d’avoir utilisé de l’argent de l’État pour financer ses voyages, dont l’ensemble n’était pas des voyages officiels.