Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull s’est démarqué d’une grande partie de la communauté internationale vendredi en attaquant la résolution adoptée devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies, la qualifiant de “biaisée” et de “profondément troublante”.

Turnbull, qui prenait la parole lors d’une cérémonie d’éclairage d’une menorah à la Synagogue centrale de Sydney, a expliqué que “l’Australie se tient aux côtés d’Israël ». Nous soutenons Israël, la seule démocratie au Moyen Orient”, a rapporté le site australien de Jewish News.

Les commentaires de Turnbull surviennent après que son ministre des Affaires étrangères a indiqué jeudi que l’Australie aurait probablement voté contre la Résolution 2334 du Conseil de Sécurité des Nations Unies qui condamnait les implantations israéliennes.

Lé résolution a déterminé que l’établissement d’implantations au-delà des lignes de 1967 « n’a pas de validité légale et constitue une violation flagrante de la loi internationale ». La résolution n’a établi aucune distinction entre la Cisjordanie et Jérusalem-Est.

Jeudi, le gouvernement britannique, qui a pourtant voté en faveur de la résolution, a critiqué le discours du secrétaire américain John Kerry qui s’en est suivi pour s’être concentré sur les implantations israéliennes et pour avoir commenté négativement la constitution du cabinet israélien.

Un porte-parole de la Première ministre Theresa May a fait savoir qu’il était inapproprié de la part de Kerry d’attaquer le gouvernement israélien démocratiquement élu.

“Nous ne pensons pas que la négociation de la paix consiste à ne se concentrer que sur un problème – dans ce cas, il s’agit de la construction des implantations – quand de manière très claire le conflit entre Israéliens et Palestiniens est profondément complexe”, a déclaré le porte-parole. « Et nous ne pensons pas qu’il soit approprié d’attaquer la composition d’un gouvernement démocratiquement élu de la part d’un allié ».

Le gouvernement du Royaume-Uni, a ajouté le porte-parole, « a la conviction que les négociations ne réussiront que lorsqu’elles sont menées par les deux parties avec le soutien de la communauté internationale ».

Le leader australien a pour sa part réaffirmé l’appui de son pays à un accord de paix entre les Palestiniens et les Israéliens, qui, a-t-il spécifié, ne pourra être conclu qu’à travers des négociations directes entre les parties, un positionnement qu’Israël a mis en avant à maintes occasions.

“Nous soutenons une résolution pacifique des conflits entre Israël et les Palestiniens”, a-t-il ajouté, des propos repris par le site australien de Jewish News. “Nous soutenons une solution à deux états tout comme le gouvernement d’Israël. » Mais il a indiqué que tout accord « ne pourrait être négocié qu’entre les deux parties ».

Il a toutefois expliqué aux fidèles réunis à cette cérémonie des lumières qu’un tel accord ne viendrait pas du résultat de l’implication des Nations Unies. « Il ne sera pas aidé par des résolutions biaisées faites au sein des conseils de l’ONU ou n’importe où ailleurs », a-t-il précisé, « et c’est pourquoi l’Australie n’a pas soutenu et ne soutient pas des résolutions partiales ».

Turnbull a souligné le soutien apporté par l’Australie à Israël. « Et par-dessus tout le reste, nous restons, épaule contre épaule, aux côtés d’Israël dans la lutte contre les terroristes », a-t-il dit.

Ces commentaires faits par le Premier ministre surviennent dans le sillage de l’annonce faite jeudi par le ministre australien des Affaires étrangères Julie Bishop que l’Australie aurait probablement voté contre la résolution de l’ONU.

Dans un entretien accordé au Sydney Morning Herald, Bishop a souligné que Canberra n’est pas actuellement membre du Conseil de Sécurité et n’a donc pas pu s’exprimer sur cette résolution.

Toutefois, a-t-elle ajouté, « concernant un vote aux Nations Unies, le gouvernement de coalition a systématiquement refusé de soutenir une résolution partiale envers Israël ».

Bishop, qui est connue pour sa défense ardente de l’état juif, a recommandé aux Israéliens et aux Palestiniens de ne pas entamer de démarches qui seraient susceptibles de nuire aux perspectives de paix et a encouragé les deux parties à “reprendre des négociations directes en vue d’une solution à deux états dans les meilleurs délais”.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu soit se rendre en Australie dans les prochains mois.

Raphael Ahren a contribué à cet article.