Le futur gouvernement palestinien composé de personnalités indépendantes sera dirigé par l’actuel Premier ministre de l’Autorité palestinienne Rami Hamdallah, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

« Le gouvernement est quasiment prêt et Rami Hamdallah en sera le Premier ministre », a affirmé à l’AFP cette source proche des discussions entre le mouvement Fatah du président Mahmoud Abbas et le Hamas islamiste.

« Le président Abbas a informé hier (mercredi) M. Hamdallah qu’il dirigerait le gouvernement de consensus », a-t-on ajouté.

Un conseiller du chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismael Haniyeh, a indiqué à l’AFP qu’il avait été « proposé pendant les discussions qu’Abou Mazen [Mahmoud Abbas, NDLR] ne dirige pas le prochain gouvernement et en charge quelqu’un d’autre ».

« Le mouvement a confirmé ne pas y voir d’objection », a souligné ce conseiller, Bassem Naïm, ajoutant que le responsable du Fatah en charge du dialogue avec le Hamas, Azzam al-Ahmad, était attendu à Gaza à partir de dimanche pour finaliser la formation du gouvernement.

La visite prévue mercredi à Gaza de M. Ahmad avait été reportée sine die.

Lors de sa précédente visite à Gaza, Azzam al-Ahmad avait assuré le 13 mai que cet exécutif transitoire serait formé dans le délai prévu, qui arrive à échéance le 28 mai.

Le Hamas et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), dominée par le Fatah, ont signé le 23 avril un nouvel accord pour mettre fin à la division politique depuis 2007 entre la Cisjordanie, dont l’Autorité palestinienne administre les zones autonomes, et la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste.

Reprenant les termes de précédents accords de réconciliation, conclus au cours des trois dernières années mais restés lettre morte, ce document prévoit notamment la formation sous cinq semaines d’un gouvernement de consensus composé de personnalités indépendantes, sans mandat politique, chargé d’organiser des élections dans un délai de six mois.