Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a promis de protéger les libertés religieuses dans son pays durant un entretien avec des rabbins étrangers venus pour l’inauguration d’un important abattoir casher pour les oies.

Orban, dont le gouvernement de droite est actuellement âprement critiqué par l’organisation cadre des communautés juives hongroises Mazsihisz en raison de sa campagne contre le milliardaire de gauche George Soros, a reçu les rabbins la semaine dernière dans la capitale du pays, a fait savoir le site internet de son bureau.

Les visiteurs, parmi lesquels le Grand rabbin ashkénaze d’Israël David Lau, le rabbin Menachem Margolin de l’European Jewish Association (EJA) et le rabbin Slomo Koves de la communauté hongroise EMIH affiliée au mouvement Hadad ont entendu de la part d’Orban que « la communauté juive hongroise est sous la protection inconditionnelle du gouvernement » et que « comme avec les autres églises historiques, les congrégations juives en Hongrie reçoivent aussi le montant total des financements disponibles », indique le site internet.

Les rabbins étrangers ont assisté à l’inauguration de l’abattoir de Csengele, situé approximativement à 130 kilomètres de Budapest, a expliqué Koves. Avec une capacité d’abattage quotidienne de 2 400 animaux, c’est l’un des plus importants abattoirs en son genre d’Europe et il se trouve sous la supervision rabbinique conjointe de l’EMIH et du Grand rabbinat d’Israël.

« Si Dieu le veut, nous avons pour projet de fabriquer également de la viande halal » dans le même abattoir, pour la consommation des musulmans, a ajouté Koves.

Margolin a indiqué dans une déclaration que le geste d’Orban et l’ouverture de l’abattoir sont particulièrement appréciés à un moment où les parlements de Belgique adoptent des motions « interdisant l’abattage casher et où d’autres pays sapent la liberté de religion dans toute l’Europe ».

De plus, Orban – dont la campagne d’affichage contre Soros a divisé la communauté juive hongroise dans la mesure où certains de ses leaders ont estimé qu’elle encourageait l’antisémitisme – a accueilli lundi le rabbin Arthur Schneier de la synagogue Park East de New-York pour « un déjeuner de travail au Parlement », comme le site du Premier ministre a décrit la rencontre.

L’entretien d’Orban avec Schneier, survivant de l’Holocauste et militant éminent du dialogue interconfessionnel avec le Vatican, s’est focalisé sur les efforts et la tolérance inter-religieuses, a fait savoir le communiqué de presse.