Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a salué dimanche la prochaine visite de trois hauts responsables américains pour faire avancer l’initiative de paix au Moyen Orient du président Donald Trump.

« Trump va bientôt envoyer [son haut-conseiller et gendre] Jared Kushner et [l’envoyé spécial pour les négociations internationales] Jason Greenblatt pour des pourparlers dans la région, et bien sûr à Jérusalem, visant à relancer un processus diplomatique », a déclaré Netanyahu à ses ministres au début de la réunion hebdomadaire du cabinet. Les deux responsables seront rejoints par la conseillère adjointe à la sécurité nationale en charge de la stratégie, Dina Powell.

« Nous, bien sûr, nous les accueillerons comme toujours avec chaleur », a-t-il indiqué selon un communiqué.

Vendredi, un responsable de la Maison Blanche a indiqué au Times of Israël que Trump estime qu’une « opportunité » s’est présentée pour faire avancer son initiative de paix, et qu’il enverrait dans les prochains jours de hauts responsables de son administration.

Dina Powell au forum consacré à l'émancipation économique des femmes au Moyen Orient et en Afrique du Nord, en juillet 2015. (Crédit : CC BY/Wikimedia Commons)

Dina Powell au forum consacré à l’émancipation économique des femmes au Moyen Orient et en Afrique du Nord, en juillet 2015. (Crédit : CC BY/Wikimedia Commons)

Kushner, Greenblatt et Powell rencontreront des dirigeants d’Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, du Qatar, de Jordanie, d’Egypte, d’Israël et de l’Autorité palestinienne.

La décision d’envoyer la délégation a été prise après des consultations avec de nombreux hauts conseillers de Trump, notamment le directeur de cabinet de la Maison Blanche, John Kelly, qui vient de prendre ses fonctions, le conseiller à la sécurité nationale, H.R. McMaster, et l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël ,David Friedman.

Le haut responsable de l’administration a ajouté que Trump voyait une opportunité de faire avancer ses tentatives de reprise des négociations.

« Il pense que la restauration du calme et la situation stabilisée à Jérusalem après la crise récente sur le mont du Temple/Haram al-Sharif a créé une opportunité pour continuer les discussions et la poursuite de la paix qui ont commencé sous son administration », a dit le responsable au Times of Israël.

Trump a demandé à sa délégation de focaliser les entretiens de leur voyage autour de différents thèmes d’importance, et notamment de trouver « un moyen d’avancer vers des négociations de paix israélo-palestiniennes, de combattre l’extrémisme et de [gérer] la situation à Gaza, notamment d’y atténuer la crise humanitaire. »

Elle a également reçu pour instruction de débattre du « renforcement de nos relations avec les partenaires régionaux et d’initiatives économiques qui peuvent être prises maintenant et après la signature d’un accord de paix pour garantir la sécurité, la stabilité et la prospérité de la région », a ajouté le responsable.

Le président américain Donald Trump avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le 3 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Le président américain Donald Trump avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le 3 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Nabil Abu Rudeineh, porte-parole du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a lui aussi salué la visite à venir.

« Nous sommes engagés à la paix sur la base de la solution à deux états, a-t-il dit. Nous avons informé l’administration américaine que nous sommes prêts pour la paix sur cette base. Et nous attendons maintenant la délégation américaine pour avancer ensemble vers la paix. »