Le président de Yad Vashem, Avner Shalev, a déclaré dimanche que « ces derniers jours et ces dernières semaines, le monde a vu les preuves d’un nouveau massacre en Syrie. »

Il s’exprimait pendant l’inauguration d’une conférence intitulée « Le problème des réfugiés juifs pendant la Shoah (1933 – 1945) reconsidéré », organisée à l’Institut international pour la recherche sur l’Holocauste.

Shalev a exprimé sa « profonde préoccupation devant les images écœurantes des massacres d’êtres humains dans cette région turbulente. »

Il a souligné que, « après la Deuxième Guerre mondiale, la communauté internationale a promulgué des principes universels et institué des organisations internationales avec l’objectif express d’empêcher de futurs crimes contre l’humanité. Les dirigeants du monde et la communauté internationale doivent mettre fin à ces atrocités et empêcher d’autres souffrances, et fournir une aide humanitaire aux victimes qui cherchent des cieux plus cléments. »

La conférence de trois jours réunit des universitaires spécialistes du domaine de la recherche et de l’éducation à l’Holocauste du monde entier pour examiner différents aspects du problème des réfugiés juifs avant et pendant l’Holocauste, et présenter leurs conclusions.

Pendant cette conférence unique, la plus grande et la plus multidimensionnelle de ce genre, les sujets liés à la crise des réfugiés juifs pendant la période nazie dans un grand nombre de pays seront discutés, et une attention particulière sera portée sur les réfugiés en Union soviétique pendant l’Holocauste.

Les forces gouvernementales syriennes avancent dans le quartier Jisr al-Haj d'Alep, pendant une opération visant à reprendre aux rebelles des quartiers de la ville, le 14 décembre 2016. (Crédit : George Ourfalian/AFP)

Les forces gouvernementales syriennes avancent dans le quartier Jisr al-Haj d’Alep, pendant une opération visant à reprendre aux rebelles des quartiers de la ville, le 14 décembre 2016. (Crédit : George Ourfalian/AFP)