Le président Reuven Rivlin et la Première dame Nechama Rivlin ont envoyé lundi une robe et une broche au duc et à la duchesse de Cambridge, pour célébrer la naissance, le week-end dernier, de la princesse Charlotte Elizabeth Diana.

La robe rose portant la mention « d’Israël avec amour », tandis que la broche comporte le symbole de Hamsa – un signe de protection – selon un communiqué du bureau du Rivlin.

« En notre nom et celui des citoyens de l’Etat d’Israël, permettez-nous s’il vous plaît d’adresser nos félicitations et nos meilleurs vœux à vous et à tous les membres de la famille royale à l’occasion de la naissance de l’arrière-petite-fille de Votre Majesté, la nouvelle princesse », ont les époux Rivlin.

« Nous aimerions aussi, grâce à vos bons offices, transmettre un message chaleureux de félicitations et de vœux au duc et à la duchesse de Cambridge pour la naissance de leur fille, la sœur de Prince George, et leur souhaiter beaucoup de joie, de santé et le bonheur. »

La robe a été conçue par la créatrice de mode Sharona Barzilai de la boutique pour enfants MiniMe.

« Pour moi, cela ferme un cercle puisque j’ai appris à être une couturière à Londres, et je suis ravie que ma création ait été offerte en cadeau à la nouvelle princesse », a-t-elle confié.

Alors que des coups de canon retentissaient et les cloches carillonnaient lundi à Londres, le prince William et sa femme, Kate, ont annoncé que leur nouvelle princesse s’appellerait Charlotte Elizabeth Diana.

La robe est sans doute le premier vêtement israélien de la jeune princesse, mais, étant donné le goût de sa mère pour les costumes d’inspiration hassidique, ce n’est peut-être pas le dernier.

Katherine Hooker, la créatrice de mode préférée de Kate quand celle-ci n’était encore connue que sous le nom de Middleton, a déclaré en 2013 au magazine New York qu’elle avait créé plusieurs manteaux de laine pour Middleton en s’inspirant d’une redingote de soie noire qu’elle avait achetée quelques années auparavant dans une boutique israélienne de seconde main.

« J’avais acheté un manteau hassidique de jeune garçon dans un bazar », avait révélé Hooker. « Il était ancien, comme lorsque les vêtements étaient fabriqués sur mesure, par opposition au marché de masse. J’avais 18 ans, étais minuscule et maigre, et il m’allait parfaitement; il devait avoir été fabriqué pour un garçon de 14 ans ou quelque chose comme ça. »

La Grande-Bretagne attendait avec impatience de découvrir quels noms le duc et la duchesse de Cambridge donneraient à leur petite princesse, qui est née samedi et est la quatrième dans l’ordre de succession au trône.

Charlotte et Alice étaient parmi les favoris. Ils ont choisi Alice, le nom aurait pu avoir une résonance particulière pour le peuple juif : l’arrière-grand-mère du nouveau-né, la princesse Alice de Battenberg, est enterrée à Jérusalem et a été reconnue comme « Juste parmi les Nations » par Yad Vashem en Israël et comme « héros de l’Holocauste » par le gouvernement britannique.

Pendant l’occupation nazie de la Grèce, Alice avait caché une femme juive et deux de ses enfants .

En 1994, le grand-père du nouveau-né, le prince Philip, époux de la reine Elizabeth II, s’était rendu en Israël pour une cérémonie d’hommage au courage de sa mère.

Les noms choisis sont interprétées comme un hommage aux parents de William et à la reine Elizabeth II.

Le prénom Charlotte est vu comme un hommage au père de William, le prince Charles, puisque c’est la forme féminine du nom de l’héritier du trône.

Sa grand-mère, la Reine Elizabeth II, n’a pas encore rencontré le dernier ajout à la famille royale, mais son premier prénom a un lien clair avec la souveraine.

Celle-ci est sur le trône depuis 1952 et devrait être, le 9 septembre, le monarque au plus long règne de l’histoire de la Grande-Bretagne, dépassant la Reine Victoria.

De nombreux observateurs royaux espéraient que le bébé porterait le nom de Diana en hommage à la mère de William, dont la mort à l’âge de 36 ans – dans un accident de voiture à Paris,  en 1997 – avait ému le monde entier.