Le président libanais Michel Aoun a suggéré mercredi qu’Israël était responsable de l’assassinat d’un homme d’affaires libanais en Angola.

Au début d’une réunion gouvernementale, Aoun a déclaré que le ministère libanais des Affaires étrangères étudiait le meurtre d’Amine Bakri, un homme d’affaires libanais de 54 ans.

Bakri a été tué par un homme armé près de son travail dimanche à Luanda, la capitale angolaise.

« Nous avons des informations selon lesquelles le Mossad se cache derrière cette opération », a déclaré Aoun.

Le président libanais n’a pas précisé la nature de ces informations, ni donner de motif qui aurait mené l’agence d’espionnage israélienne à cibler Bakri.

Le neveu de Bakri, Mohammad Maatuk, a déclaré au site d’information libanais al-Nahar mardi que, même si l’incident fatal ressemblait à un cambriolage qui aurait mal tourné, l’homme qui avait attaqué Bakri ne lui a laissé aucune chance de lui donner de l’argent. Un homme s’est même précipité pour tirer sur Bakri, et les assaillants ont ensuite fui les lieux, a déclaré Maatuk, qui travaillait avec son oncle.

Bakri était originaire de la ville de Sir al-Gharbiye, dans le sud du Liban, selon al-Nahar, mais vivait en Angola depuis 37 ans, où il travaillait dans l’industrie du meuble.