Le procureur général Yehuda Weintein devrait s’opposer à la disqualification aux élections des candidats qui se situent aux extrêmes du spectre politique.

Weintein devrait soumettre une opinion juridique à la Commission centrale des élections jeudi alors que les membres de la commission débattent des requêtes déposées contre la candidature à la Knesset de l’Arabe antisioniste Hanin Zoabi (Liste arabe unie) et du militant d’extrême droite Baruch Marzel (Yahad), annonce la Deuxième chaîne.

La commission, présidée par le juge de la Cour suprême, Salim Joubran, est composée des représentants des grands partis politiques. Ils débattront de la validité de la requête déposée pour disqualifier les deux candidats jeudi matin à 10h.

Dans les deux cas, les requêtes ont été déposées par des adversaires politiques de ces candidats, affirmant que les candidats en question ont violé la loi israélienne sur les élections – Marzel pour son racisme anti-Arabe allégué et Zoabi pour son soutien au Hamas et son opposition à reconnaître Israël comme étant l’Etat-nation du peuple juif.

Marzel, un ancien membre du parti Otzma Leisrael (« la force d’Israël »), a mené des militants d’extrême-droite lors de marches dans des villes arabes et avaient des liens avec le parti Kach – fondé par l’extrémiste Rabbi Meir Kahane -, aujourd’hui interdit.

Zoabi était à bord de la flotille de Gaza Mavi Marmara en mai 2010.

Elle a affirmé l’année dernière que les ravisseurs et les meurtriers des trois adolescents israéliens l’été dernier n’étaient pas des terroristes. Ces commentaires lui ont valu une suspension de six mois imposée par la Commission de la Knesset lui interdisant de participer aux commissions de la Knesset et aux débats.

L’opinion de Weinsten, qui sera distribuée aux membres de la commission avant le débat, n’a pas de force juridique mais le point de vue du plus haut représentant de la loi pourrait permettre d’influencer le vote des membres de la commission.

La liste de centre-gauche Camp sionniste, menée par le leader travailliste Isaac herzog, a soutenu la disqualification de Zoabi la semaine dernière, puis a changé de position en affirmant qu’il suivrait la position que la Commission centrale des élections prendra.

Ce volte-face est considéré comme étant un signe envoyé aux partis arabes, qui devraient, selon les sondages, récolter entre 11 et 13 sièges à la Knesset et dont le soutien sera important pour Herzog s’il souhaite remplacer Benjamin Netanyahu en tant que Premier ministre.

Zoabi avait déjà été exclue d’élections précédentes, mais la décision de disqualification avait été infirmée par la Haute cour de justice. Si les candidats sont disqualifiés jeudi, il est presque certain qu’ils interjetteront un appel de la décision auprès de la Haute cour.

La Haute Cour a déjà prévu la date d’audience d’appel pour le mardi 17 février. Avec les élections prévues pour le 17 mars, la justice devra rapidement trancher ces requêtes.