Branko Lustig, le producteur de film juif croate qui a survécu à Auschwitz enfant et qui a travaillé sur le film oscarisé « La Liste de Schindler », fera don de la statuette des oscars qu’il a reçue pour le film sur l’Holocauste au musée de Yad Vashem d’Israël.

Lustig, 83 ans, a remporté deux Oscars, pour « Gladiator » et « La Liste de Schindler », le film de Steven Spielberg racontant l’histoire vraie de l’industriel allemand et membre du parti nazi Oskar Schindler, qui a sauvé la vie à 1 200 Juifs pendant l’Holocauste.

Le producteur a déclaré que Yad Vashem serait l’endroit approprié pour la statuette.

Selon le site d’informations Ynet, Kolinda Grabar Kitarovic, la présidente croate se rendrait en Israël pour la cérémonie, qui aura lieu à une date encore non précisée le mois prochain, au cours de laquelle Lustig présentera la statuette au musée.

La présidente croate, Kolinda Grabar Kitarović (Crédit : CC BY-SA SpeedyGonsales / Wikipedia)

La présidente croate, Kolinda Grabar Kitarović (Crédit : CC BY-SA SpeedyGonsales / Wikipedia)

Lustig a récemment contacté le président de Yad Vashem, Avner Shalev, en lui proposant de faire don de la statuette.

Shalev a accepté et a indiqué à Lustig qu’il y aurait une cérémonie pour marquer le don. Lustig, dont la santé décline, a aussi demandé à Kitarovíć d’être l’un des invités à la cérémonie. Les deux se sont liés d’amitié depuis qu’elle a servi d’ambassadeur aux États-Unis.

Lustig est né dans une famille juive croate en Yougoslavie en 1932. Ses parents étaient des laïcs mais ses grands-parents étaient religieux et l’emmenaient régulièrement à la synagogue.

Pendant l’Holocauste, Lustig a été emprisonné pendant deux ans à Auschwitz et à Bergen-Belsen. La majorité de sa famille a péri dans l’Holocauste. Sa mère a survécu et l’a retrouvé après la guerre.

Quand il a été libéré, Lustig ne pesait que 30 kg. Il a attribué sa survie à Auschwitz à un officier allemand qui venait de la même banlieue de la ville natale de Lustig : Osijek. Lorsque l’officier a entendu pleurer Lustig, il lui a demandé qui était son père, et il s’est avéré que l’officier le connaissait.

Yad Vashem a indiqué que la statuette sera exposée dans son centre de visualisation, qui comprend aussi une médiathèque de plus de 10 000 films sur l’Holocauste.