Le projet israélien de desservir le mur Occidental par le futur train à grande vitesse est entré dans une phase active, a indiqué mercredi le ministère des Transports.

Le ministre Yisraël Katz a ordonné à ses services de passer à la phase de planification et de faisabilité, a dit une porte-parole du ministère à l’AFP.

Katz a lancé en 2016 l’idée de prolonger la ligne ferroviaire actuellement en construction entre Tel-Aviv et Jérusalem jusqu’à proximité du mur Occidental, lieu le plus saint où les juifs peuvent prier, dans la Vieille Ville de Jérusalem. En l’état actuel du programme, la ligne s’arrête à l’entrée de Jérusalem.

Dans l’esprit du ministre, un tunnel serait creusé entre 50 et 80 mètres de profondeur entre la future gare centrale et la station du mur Occidental. Le chantier est chiffré à environ deux milliards de shekels (510 millions de dollars), a indiqué la porte-parole.

Deux options sont étudiées, a-t-elle expliqué : faire arriver le train à l’extérieur des murailles de la Vieille Ville, au niveau de la porte des Maghrébins, la plus proche du mur Occidental, soit construire son terminus à l’intérieur des murailles.

Le ministre a décidé qu’il s’agissait d’un projet d’intérêt national pour en accélérer la réalisation, selon elle. Les Israéliens, les juifs et les touristes pourront ainsi accéder directement et « en toute sécurité au cœur de l’histoire juive, le lieu le plus visité d’Israël ».

Quand il avait été évoqué pour la première fois publiquement en novembre, l’Autorité palestinienne avait dénoncé un « projet colonial » de plus pour faire de la vie des Palestiniens « un enfer insupportable ».

Abritant des lieux saints majeurs pour le christianisme, l’islam et le judaïsme, la Vieille Ville est au cœur du conflit israélo-palestinien.