Le projet de loi sur le Shabbat passe son premier vote malgré les craintes de la coalition
Rechercher

Le projet de loi sur le Shabbat passe son premier vote malgré les craintes de la coalition

La loi a été adoptée en première lecture avec 59 voix pour et 54 voix contre en dépit des objections d'Yisrael Beytenu et d'autres députés

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Un magasin de proximité de Tel Aviv, le 30 juillet 2008. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90).
Un magasin de proximité de Tel Aviv, le 30 juillet 2008. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90).

La Knesset a permis de faire avancer une législation qui empêcherait les petits commerces d’ouvrir lors du Shabbat lors d’un vote qui a eu lieu mardi tôt dans la matinée, dans un contexte de divisions profondes au sein de la coalition au pouvoir sur cette loi controversée.

Le texte a été adopté en première lecture avec 59 voix pour et 54 voix contre, quelques heures après que le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a menacé de quitter le gouvernement si la législation n’avançait pas.

Ce vote a eu lieu après quelques heures de négociations qui ont duré tard dans la nuit visant à garantir la majorité parlementaire nécessaire à son adoption après que le parti Yisrael Beytenu de la coalition – ainsi que les députés du Likud Yehuda Glick et Sharren Haskel et la législatrice de Koulanou Rachel Azaria — ont annoncé leur opposition.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui revenait de Bruxelles, s’est rendu directement à la Knesset après sa descente de l’avion pour résoudre le problème.

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, au conseil des ministres hebdomadaire dans le bureau du Premier ministre à Jérusakem, 3 décembre 2017 (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

Plus tôt, le chef du parti Avigdor Liberman avait répété son opposition au projet de loi alors que son partenaire de coalition, Naftali Bennett lui recommandait vivement de « descendre de son arbre » et de soutenir la proposition.

La loi, parrainée par le parti ultra-orthodoxe Shas de Deri, donnerait au ministère de l’Intérieur le pouvoir de superviser et de rejeter les ordonnances locales liées à l’ouverture des entreprises lors du Shabbat, la journée hebdomadaire du repos juif qui s’étend du vendredi dans la soirée à la nuit du samedi.

Même si ce projet de loi ferait une exception pour Tel Aviv – une ville majoritairement laïque – il pourrait mener d’autres magasins situés ailleurs à fermer pendant le Shabbat. Cette mesure survient après que la Haute cour a maintenu le droit de Tel Aviv à permettre aux petits commerces de rester ouverts pendant Shabbat.

Le projet de loi de Deri exclut les restaurants, les cafés et les bars ainsi que les théâtres, les salles de concerts et autres lieux de divertissement. Les autres entreprises seraient pour leur part sujettes à l’appréciation de Deri qui jugera si leur ouverture est « essentielle ».

Un second projet de loi qui sera présenté au vote, dont l’auteur est le ministre des Affaires sociales Haim Katz, verrait le ministre prendre en considération la « tradition juive » pour émettre des permis de travail le samedi. Cette proposition a pour objectif de réduire les travaux de maintenance des trains lors du Shabbat.

« Avec l’aide de Dieu, la loi sur les petits commerces ne sera pas adoptée », a déclaré Liberman lors de la réunion hebdomadaire de la faction de son parti Yisrael Beytenu, se référant à la proposition de Deri. « Je suis favorable à la tradition juive, je suis favorable aux valeurs juives et je m’oppose avec force à la coercition religieuse ».

Les partis ultra-orthodoxes de la coalition ont demandé à ce que la loi soit approuvée. Le mois dernier, Yaakov Litzman, du parti YaHadout HaTorah, a démissionné de son poste de ministre de la Santé en raison de travaux de maintenance réalisés sur des lignes ferroviaires le samedi.

La loi israélienne interdit aux entreprises de travailler durant Shabbat, à l’exception des lieux de divertissement, des restaurants et des services de base comme les pharmacies, ainsi que les travaux qui ne peuvent être accomplis à un autre moment.

Tel Aviv, qui accueille une population majoritairement laïque, a cherché à élargir le nombre de commerces ouverts lors du Shabbat tandis que les factions politiques ultra-orthodoxes se sont efforcées d’ajouter des restrictions et de durcir l’application des lois en vigueur pour le Shabbat.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...