Un projet de résolution pour relancer les négociations de paix entre Israël et Palestiniens en vue d’un accord final doit être présenté au Conseil de sécurité d’ici le milieu du mois, a indiqué lundi le représentant palestinien à l’ONU.

Riyad Mansour a expliqué que le texte, initié par la France, devrait fixer un délai pour des négociations sur un accord de paix final et la possibilité d’une deuxième date limite pour la création d’un Etat palestinien.

« Les Français poussent de plus en plus, ils essaient de rassembler tous les collègues européens et je pense qu’au final ils y parviendront », a déclaré Riyad Mansour à l’AFP.

Cette initiative menée par Paris devrait être abordée mardi à Bruxelles, alors que le secrétaire d’Etat américain John Kerry s’entretiendra avec des ministres européens lors d’une réunion de l’Otan.

La position des Etats-Unis, qui ont maintes fois posé leur véto aux résolutions de l’ONU considérées comme faisant pression sur leur proche allié israélien, sera cruciale.

Les Palestiniens de leur côté, soutenus par la Ligue arabe, ont fait circuler un projet de résolution fin septembre appelant au retrait israélien d’ici novembre 2016.

Le texte a toutefois rencontré l’opposition des Etats-Unis et d’autres membres du Conseil, ce qui a poussé les Européens à tenter un projet de texte alternatif.

Selon Riyad Mansour, le nouveau projet de résolution devrait ainsi être soumis au Conseil « bientôt, potentiellement au milieu du mois », suivi très vite d’un vote.

S’il est adopté, le texte ouvrira la voie à une conférence internationale afin de lancer ce qui est largement considéré comme une dernière tentative pour un accord de paix israélo-palestinien, impliquant tous les acteurs clés de la planète.

Alors que les négociations israélo-palestiniennes menées pendant neuf mois sous l’égide du secrétaire d’Etat John Kerry ont échoué en avril, des gouvernements et parlements en Europe ont commencé à essayer d’aller de l’avant en reconnaissant symboliquement l’Etat de Palestine.