L’Académie européenne Janusz Korczak, institution d’éducation juive en Allemagne, a récemment lancé son initiative “Rent-a-Jew” qui a pour objectif de combattre les perceptions négatives nourries à l’encontre des Juifs en permettant aux non-Juifs, en Allemagne, de rencontrer la communauté.

‘Rent-a-Jew’ organise des séminaires et autres événements au cours desquels les participants ont l’opportunité d’échanger avec des Juifs et de leur poser les questions qui leur tiennent à cœur concernant la communauté et ses traditions.

Mascha Schmerling, juive née à Moscou et membre de l’équipe de ‘Rent-a-Jew’, a expliqué à la chaîne de télévision allemande DW que l’objectif de ce programme est de “donner aux gens l’opportunité de parler à la communauté juive: « Nous voulons qu’ils se rendent compte que nous sommes totalement normaux”.

Schmerling a ajouté que : “Nous ne voulons pas être définis simplement par l’Histoire et nous ne voulons pas être perçus seulement à travers les lunettes de l’Holocauste”.

L’Allemagne, qui compte plus de 200 000 Juifs dont la majorité est originaire de l’ex-Union Soviétique, connaît ces derniers temps une hausse de l’antisémitisme, avec une augmentation de 34% des agressions anti-juives entre 2014 et 2015, selon la chaîne DW.

Justin, qui a récemment assister à un séminaire ‘Rent-a-Jew’, a indiqué à DW qu’il s’était rendu à cet événement parce que “il est important de savoir comment vivent les autres” dans la mesure où les Juifs “vivent à nos côtés, même si nous n’en sommes pas toujours conscients ».

Mohamed, également présent lors d’un séminaire ‘Rent-a-Jew’, a déclaré à DW que “non seulement j’ai appris des choses sur le quotidien dans le judaïsme, mais j’ai aussi appris que beaucoup de choses que j’avais entendues sur les Juifs n’étaient pas vraies”.

Lors d’un autre événement récent, il a été demandé aux participants ce qu’ils avaient pu entendre au sujet des Juifs. Les réponses les plus fréquentes ont été en rapport avec l’éducation et l’argent, a fait savoir la chaîne de télévision.

Schmerling a expliqué que ces séminaires offraient l’opportunité de “briser ces préjugés” car “le dialogue est essentiel pour résoudre n’importe quel problème. Au lieu de parler les uns des autres, nous devons parler les uns avec les autres”.