Le Qatar a annoncé vendredi avoir joué un rôle de médiateur dans la libération en Syrie de 45 Casques bleus fidjiens, enlevés le 28 août par la branche syrienne d’Al-Qaïda.

« Les efforts du Qatar ont conduit, avec succès, à la libération des soldats fidjiens (…) qui ont été retenus pendant près de deux semaines » sur le plateau du Golan dans le sud syrien, a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les 45 Casques bleus fidjiens, enlevés par le Front al-Nosra, ont été libérés jeudi et remis à la Force des Nations unies chargée de superviser le cessez-le-feu sur le Golan entre Israël et la Syrie (FNUOD).

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a dit apprécier « les efforts de toutes les parties concernées pour assurer leur libération sains et saufs ».

« La médiation du Qatar a été conduite à la demande du gouvernement des Fidji », a ajouté le ministère, qui « remercie les parties ayant contribué à la réussite » de la médiation. Il ne précise pas les circonstances exactes de leur libération.

Un porte-parole de l’ONU a indiqué jeudi que les ravisseurs n’avaient pas posé de conditions à leur élargissement.

Le Qatar, petit et riche pays gazier du Golfe, avait affirmé en août avoir obtenu après des « efforts acharnés » la libération du journaliste américain Peter Theo Curtis, otage pendant 22 mois du Front Al-Nosra.

En mars, il avait joué un rôle clé dans la libération de 13 religieuses syriennes retenues en otage par le Front Al-Nosra pendant quatre mois.