WASHINGTON — Le Qatar verse 50 000 dollars par mois pour entrer en contact avec la communauté juive américaine et un républicain juif important, au moment où la nation du Golfe persique est isolée des autres pays arabes modérés et des conservateurs de Washington, D.C.

« Une alliance avec le Qatar ne peut être que dans les meilleurs intérêts des Etats-Unis et de la communauté juive, et nous ne pouvons pas nous permettre de voir le Qatar ostracisé par ses voisins et ainsi poussé dans la sphère d’influence de l’Iran », a déclaré cette semaine Nicholas Muzin, dont Stonington Strategies a assuré le contrat, à O’Dwyer, une lettre d’information qui traite des relations publiques de l’industrie.

Muzin, Juif pratiquant, est une étoile montante des républicains conservateurs. Il a été le proche conseiller du sénateur Tim Scott, républicain, et était le conseiller pour la campagne présidentielle du sénateur du Texas Ted Cruz, et du Caucus républicain de la Chambre des représentants américains.

La pression sur le Qatar a augmenté ces derniers mois à cause de son ouverture à l’Iran et de ses liens avec des groupes islamistes radicaux, tout comme de l’influence du réseau d’information Al-Jazeera basé dans le pays.

L’administration Trump a envoyé des signaux contradictoires sur la question : alors que le président américain Donald Trump semblait soutenir les efforts menés par les Saoudiens pour isoler le pays, le secrétaire d’Etat Rex Tillerson s’y opposait.

Rex Tillerson, à gauche, et Donald Trump à la Maison Blanche, le 13 mars 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

Rex Tillerson, à gauche, et Donald Trump à la Maison Blanche, le 13 mars 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

Plusieurs personnalités pro-Israël à Washington ont rejoint les pressions sur le Qatar afin qu’il revienne à la position sunnite arabe conventionnelle, largement dictée par l’Arabie Saoudite.

Le lobby le plus important est Bluelight Strategies, une organisation de relations publiques qui représente souvent des associations juives, démocrates et pro-Israël.

Un des responsables de Bluelight, Steve Rabinowitz, a déclaré à JTA que les efforts de son organisation, notamment une récente conférence sur le Qatar, étaient entièrement financés par Khalid Al-Hail, homme d’affaires qatari qui est l’un des chefs de l’opposition politique du pays.

Pendant des décennies, la Qatar a agi indépendamment des autres nations de la région, en partie pour augmenter sa capacité de résistance à la pression des Saoudiens.

Cela a contribué à son ouverture au commerce avec l’Iran et les Frères Musulmans, mais aussi avec Israël. Le Qatar est l’un des seuls états arabes où les Israéliens voyagent librement.