Les chances pour une solution à deux états entre Israël et les Palestiniens s’amenuisent, ont prévenu vendredi les conciliateurs du Quartet pour le Moyen Orient dans un communiqué conjoint, alors qu’il annonçait des projets pour relancer les négociations moribondes entre les deux parties.

Le Quartet a déclaré qu’il préparerait un rapport sur la situation actuelle entre Israël et les Palestiniens, en vue de reprendre les pourparlers de paix. Le nouveau rapport inclura « des recommandations qui peuvent aider des discussions internes informelles sur le meilleur moyen d’avancer vers la solution à deux états ».

L’annonce a été faite au moment où les représentantes des quatre institutions – la chef de la politique étrangère de l’Union européenne Federica Mogherini, le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov, le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le secrétaire général adjoint des Nations unies Jan Eliasson – se sont rencontrés en marge de la conférence annuelle sur la sécurité à Munich, dans le sud de l’Allemagne.

Lavrov a également rencontré l’ancienne ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, maintenant députée de l’opposition (Union sioniste) à Munich. Il a déclaré à Livni que l’impasse actuelle des relations israélo-palestiniennes ne pouvait pas durer, a annoncé la Deuxième chaîne de télévision israélienne, et a exhorté Israël à accepter l’initiative de paix arabe introduite par les Saoudiens.

Il a également affirmé que le Premier ministre Benjamin Netanyahu semblait attendre que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas quitte la scène politique avant de prendre d’autres mesures pour résoudre le conflit, selon la Deuxième chaîne.

« Le Quartet a exprimé ses inquiétudes sérieuses sur la tendance actuelle sur le terrain – y compris les actes continus de violences conte les civils, l’activité [de construction] dans les implantations, et le taux élevé de démolitions de structures palestiniennes – mettent en danger la viabilité d’une solution à deux états, est-il écrit dans le communiqué. Le Quartet réitère que les actions unilatérales des parties ne peuvent préjuger du résultat d’une solution négociée. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et la Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos le 21 janvier 2016 (Crédit : Haim Zach / GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et la Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos le 21 janvier 2016 (Crédit : Haim Zach / GPO)

Le communiqué a également appelé les deux parties à la contrainte et à prendre des actions pour faire cesser la vague de violence de ces derniers mois.

« Le statu quo ne peut pas durer que des mesures significatives […] doivent être prises d’urgence pour stabiliser la situation et inverser la tendance négative sur le terrain », est-il écrit dans le communiqué, qui ajoute que « l’absence continue de telles mesures a entraîné des détériorations ultérieures, au détriment des Israéliens et des Palestiniens. »

Il « a souligné que les deux parties devaient rapidement démontrer, via des politiques et des actions, un engagement réel envers la solution à deux états afin de reconstruire la confiance et d’éviter un cycle d’escalade » [de la violence].