Le rabbin Marvin Hier, l’un des dirigeants religieux ayant prononcé une prière pendant la prestation de serment présidentiel de Donald Trump vendredi, affronte depuis une vague d’antisémitisme sur les réseaux sociaux.

Pendant sa bénédiction de deux minutes, Hier a demandé « Dieu éternel, bénis le Président Donald J. Trump et l’Amérique, notre grand pays […] et tous nos alliés dans le monde qui partagent nos croyances ». Il a également cité des passages de sages du Talmud et des Psaumes.

« Près des fleuves de Babel, […] nous nous souvenions de Sion […]. Si je t’oublie, Jérusalem, que ma droite m’oublie ! », a déclaré Hier, citant le Psaume 137.

Cette référence à Jérusalem a été prononcée moins d’un mois après l’abstention des Etats-Unis pendant le vote de la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies fustigeant les implantations israéliennes, permettant ainsi son adoption.

« Les libertés dont nous jouissons ne sont pas garanties à perpétuité, mais doivent être revendiquées à chaque génération. Comme nos ancêtres ont planté pour nous, nous devons planter pour d’autres », a déclaré Hier vendredi, ajoutant que « la richesse d’une nation se mesure par ses valeurs, et non par ses coffres ».

Marvin Hier avait été critiqué pour sa participation à l’investiture de Trump par certains membres de la communauté juive, qui ont affirmé que la campagne électorale de Trump ciblait les minorités et évoquait parfois des métaphores que beaucoup, notamment l’Anti-Defamation League, ont jugées antisémites.

Une pétition demandait même que le rabbin ne participe pas à la cérémonie. « Je pense que nous devrions tous prier pour sa grande réussite, parce que sa grande réussite sera notre grande réussite », avait-il déclaré avant la prestation de serment.

Il avait ajouté avoir accepté l’invitation de l’équipe de Trump parce que « c’est la chose menschlichkeit à faire », en utilisant le mot yiddish signifiant digne et honorable, « et je suis fier de le faire ».

Le propre Centre Simon Wiesenthal du rabbin a noté dans un rapport publié en 2016 sur l’antisémitisme mondial qu’un important groupe néo-nazi avait soutenu Trump, et que les journalistes juifs qui critiquaient le candidat républicain étaient fréquemment visés par des tweets antisémites.

Après sa prière de vendredi, Hier, 77 ans, est devenu la cible de centaines de messages racistes et antisémites de téléspectateurs américains qui regardaient la cérémonie en direct.

Les messages, dont certains provenaient de comptes affiliés au mouvement suprématiste blanc, appelaient à « allumer le juif », affirmaient que « le juif nous a jeté un sort », ou faisaient références à Hitler et aux chambres à gaz.

Hier faisait partie des six dirigeants religieux qui ont accepté l’invitation pour participer à l’investiture de Trump, aux côtés du cardinal Timothy Dolan, l’archevêque de New York, et de Franklin Graham, un important chrétien évangéliste.

Avant la cérémonie, Hier avait déclaré que sa participation serait similaire aux bénédictions précédentes qu’il avait prononcées pour différents présidents et candidats à la présidentielle ces 30 dernières années. Il est également un ami de longue date de la famille de Jared Kushner, le gendre de Trump.

Hier a été le premier rabbin à participer à cette cérémonie depuis 1985.

Un autre rabbin célèbre, Haskel Lookstein, a lui aussi été décrié l’été dernier quand il avait accepté de prononcer une prière pendant la Convention nationale républicaine à Cleveland, où Trump avait été officiellement désigné candidat du parti.

Lookstein, rabbin émérite de la congrégation Kehilath Jeshurun et ancien proviseur de l’école orthodoxe Ramaz, toutes deux situées à Manhattan, avait finalement décidé de ne pas s’exprimer pendant la convention.

En 2009, Lookstein avait supervisé la conversion orthodoxe d’Ivanka Trump, la fille du nouveau président américain, avant son mariage avant Kushner.