Plusieurs rabbins et citoyens juifs polonais ont critiqué le nouveau Grand Rabbin de Cracovie pour avoir déclaré que « les non-Juifs n’aiment pas les Juifs », une déclaration qui a été enregistrée dans une interview, mais qu’il a ensuite nié avoir prononcée.

Vendredi, six membres de l’Association de rabbins de Pologne ont déclaré qu’ils « s’opposaient fermement » à la remarque faite par le Rabbin Elizer Gurary dans un entretien publié le 9 juin dans les éditions en hébreu et en anglais de inn.co.il, le site d’information la station radio israélienne Arutz Sheva sur Internet.

Dans une autre déclaration publiée vendredi, cinq responsables juifs polonais ont écrit qu’ils étaient « dérangés et profondément préoccupés » par la déclaration de Gurary qu’ils considéraient comme « dépeignant tous les non-Juifs comme des antisémites ».

Dans l’interview publiée, qui a été réalisée en hébreu, Gurary a été cité déclarant : « Disons les choses très clairement : ceux qui ne sont pas Juifs n’aiment pas les Juifs. Tout le monde comprend et sait cela ».

Une traduction alternative remplace « apprécier » par « aimer ».

Dans sa déclaration, l’Association des rabbins a écrit : « Nous espérons que le rabbin Gurary retirera sa déclaration nocive ». Ils ont ensuite ajouté que « la généralisation effectuée par Gurary est tout simplement fausse. En Pologne, écrivent-ils, nous combattons les préjugés et nous travaillons pour avoir de bonnes relations avec nos compatriotes quelle que soit leur religion ou leur ethnicité ».

Contacté par JTA, Gurary, un rabbin du mouvement Loubavitch qui vit à Cracovie depuis 8 ans, a nié avoir fait cette déclaration dans son entretien avec le journaliste Nissan Tzur.

Il a expliqué que la déclaration était une erreur de citation et a accusé les critiques de le viser personnellement dans « une calomnie vicieuse et basse ».

Pourtant dans l’enregistrement de l’entretien, obtenu par le JTA, on peut entendre Gurary prononcer le généralisation et ajouter : « Ce n’est pas nouveau, quiconque vit en dehors [d’Israël] peut vous expliquer l’histoire des comportements anti-juifs.

Bien sûr, il y a des endroits où c’est plus ressenti, et d’autres moins. Dans certains endroits la sympathie pour les Juifs est plus ressentie, dans d’autres, c’est la haine qui est plus ressentie ».