Le grand rabbinat d’Israël devrait proposer un projet alternatif concernant la section de prière mixte au mur Occidental, qui n’inclurait pas de reconnaissance des dénominations non orthodoxes.

Samedi soir, le grand rabbin ashkénaze David Lau et le grand rabbin sépharade Yitzhak Yosef ont rencontré le rabbin du mur Occidental, Shmuel Rabinovitch, pour discuter de leur opposition au projet récemment approuvé par le gouvernement de construire un nouvel espace à l’arche de Robinson.

Les trois hommes ont également discuté du sujet avec le procureur général Avichai Mandelblit – l’ancien secrétaire du cabinet orthodoxe responsable du nouveau projet – au téléphone, et ont décidé de présenter un projet alternatif, a annoncé le site ultra-orthodoxe Kikar HaShabat.

L’article a annoncé que la nouvelle initiative omettrait spécifiquement toute sorte de reconnaissance des courants réformés ou conservateurs du judaïsme.

Une rencontre entre les deux grands rabbins et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui devait avoir lieu cette semaine, a en conséquence été annulée.

Le Grand Rabbin ashkénaze David Lau (à gauche) et  son homologue séfarade Yitzhak Yossef. (Crédit : Flash90)

Le Grand Rabbin ashkénaze David Lau (à gauche) et son homologue séfarade Yitzhak Yossef. (Crédit : Flash90)

Un accord historique sur la prière au mur Occidental a été approuvé par le gouvernement en janvier, et a officiellement mis en place un espace de prière égalitaire au lieu saint contrôlé par les orthodoxes pour la première fois dans l’histoire d’Israël. Selon le projet, l’Etat construira une nouvelle place à l’arche de Robinson, adjacente à l’espace de prière orthodoxe.

Le projet d’une grande portée, dont les partisans disent qu’il marque un soutien sans précédent du gouvernement aux courants libéraux du judaïsme, a été soutenu par Netanyahu.

Le rabbinat est sorti de son silence le 25 février, déclarant le nouveau site de prière à l’arche de Robinson illégal, selon le site ultra-orthodoxe Kikar HaShabat. Il aurait basé son opposition sur une opinion légale qui affirme que seul le ministère des Affaires religieuses a l’autorité pour désigner un nouveau « lieu saint » en Israël.

Le conseil du grand rabbinat a organisé une réunion il y a deux semaines, qui s’est conclu par une demande au gouvernement de geler ses projets à l’arche de Robinson jusqu’à ce qu’il consulte le rabbinat sur le sujet, selon l’article.

Mais Gilad Kariv, le dirigeant du mouvement réformé en Israël, avait déclaré à ce moment que le rabbinat avait déjà approuvé la décision de désigner une zone mixte.

Le conseil du grand rabbinat « agit comme une branche de Yahadout HaTorah ou du Shas, plutôt que comme une institution étatique, » avait-il déclaré dans un communiqué, en faisant référence aux deux partis ultra orthodoxes du gouvernement.

« L’establishment rabbinique a été impliqué dans les discussions sur le compromis du mur Occidental et a donné son consentement, » a-t-il maintenu, l’accusant de « lâcheté honteuse ».

Des agences ont contribué à cet article.