Le roi Abdallah d’Arabie saoudite a souhaité implicitement mercredi une réconciliation entre l’Egypte et le Qatar, trois jours après l’annonce du règlement d’un différend entre des monarchies du Golfe et Doha, accusée de liens suspects avec les Frères musulmans.

« J’appelle l’Egypte à se joindre à nous pour le succès de ce pas franchi sur la voie d’un retour à la solidarité arabe », a souligné le roi Abdallah dans une déclaration publiée par le cabinet royal.

Pour le souverain saoudien, l’accord annoncé dimanche à Ryad entre les pays du Golfe constitue « un cadre général pour l’unité, le consensus et la fin des divergences » entre Arabes.

« Nous avons tenu à ce que notre accord mentionne notre soutien à l’Egypte et notre volonté à entamer une nouvelle période de consensus » entre Arabes, a dit le roi Abdallah.

L’Egypte a été au cœur du différend entre l’Arabie saoudite, Bahreïn et les Emirats arabes unis d’une part et le Qatar de l’autre.

Les trois pays reprochaient à Doha son soutien actif aux Frères musulmans qui ont été écartés du pouvoir en Egypte, alors qu’ils soutenaient activement l’ancien chef de l’armée égyptienne, Abdel Fattah al-Sissi.

Sissi a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013 avant de se faire élire président.

Le roi d’Arabie saoudite a formulé le vœu de voir l’accord de dimanche à Ryad « servir non seulement les intérêts des peuples du Golfe, mais aussi ceux de tous les peuples arabes ».