Le secrétaire d’Etat américain John Kerry multipliait jeudi à Amman les réunions avec les responsables israélien, palestinien et jordanien pour tenter de faire baisser les tensions à Jérusalem-Est, où de nouveaux heurts se sont produits.

Après s’être entretenu avec le président palestinien Mahmoud Abbas, M. Kerry devait rencontrer dans la soirée le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avec le roi Abdallah II de Jordanie.

« Ils discuteront des moyens pour restaurer le calme et faire baisser les tensions à Jérusalem », a annoncé la porte-parole adjointe du Département d’Etat, Marie Harf.

La rencontre va également porter sur les efforts pour « établir les conditions propices à la relance des négociations de paix entre les parties palestinienne et israélienne », a ajouté le palais royal jordanien.

Cette réunion tripartite impromptue se tiendra à l’heure où M. Kerry avait prévu de quitter Amman pour rentrer aux Etats-Unis après cette étape jordanienne qui n’était pas initialement au programme de sa longue tournée internationale.

Arrivé mercredi soir à Amman, pour une escale qui n’était pas initialement prévue dans son voyage, M. Kerry « participera à une réunion trilatérale avec le roi Abdallah II de Jordanie et le Premier ministre israélien Netanyahu à Amman ce soir », a indiqué la porte-parole adjointe du Département d’Etat, Marie Harf. « Ils discuteront des moyens pour restaurer le calme et faire baisser les tensions à Jérusalem », a-t-elle ajouté.

Kerry ne s’est pas adressé à la presse à l’issue de sa réunion à la mi-journée avec Abbas. Il s’est ensuite entretenu avec le roi Abdallah, qui a appelé Israël à cesser ses « agressions répétées sur les lieux sacrés dans la ville de Jérusalem, en particulier celles visant l’esplanade des Mosquées et la mosquée d’Al-Aqsa », dont le royaume est le gardien.

Le roi Abdallah II de Jordanie a appelé jeudi Israël à cesser ses « agressions répétées » à Jérusalem, à l’occasion d’une rencontre avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry qui a notamment porté sur l’escalade des tensions entre Israéliens et Palestiniens.

A l’issue de la rencontre à Amman, le roi Abdallah a affirmé que la Jordanie allait poursuivre « ses tractations et consultations avec les différentes parties dans le cadre des efforts qu’elle déploie pour relancer les négociations de paix sur le statu final » des territoires palestiniens, selon un communiqué du palais royal.

Mais cela nécessite une action « véritable et sincère » dans ce sens de la part d’Israël, a-t-il souligné, appelant notamment les Israéliens à cesser « de prendre des mesures unilatérales, leurs agressions répétées sur les lieux sacrés dans la ville de Jérusalem, en particulier celles visant l’esplanade des Mosquées et la mosquée d’Al-Aqsa, que la Jordanie, tuteur de ces lieux saints, rejete totalement », poursuit le communiqué.

Le roi de Jordanie a réaffirmé que « le seul moyen de parvenir à la paix souhaitée » était « l’établissement d’un Etat palestinien indépendant sur les frontières de juin 1967 avec Jérusalem-Est come capitale ».

Abdallah II a souligné « l’importance du rôle des Etats-Unis pour préparer les conditions propices à la relance des négociations de paix entre les Palestiniens et les Israéliens ».

Avant cette rencontre, Kerry s’était entretenu à Amman avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.