Le roi Abdallah II de Jordanie a affirmé mardi que son pays protégerait Jérusalem et s’élèverait contre les « violations israéliennes » lors d’un discours au sommet de la Ligue arabe au Koweït.

Le discours d’Abdallah intervient alors que des tensions entre Israël et la Jordanie ont fait surface depuis que certains députés israéliens réclament que Jérusalem s’approprie la souveraineté sur le mont du Temple.

La Jordanie « travaillera pour aider la population arabe de Jérusalem à rester sur sa terre, soutenir sa ténacité, renforcer sa présence et luttera contre les violations et les mesures israéliennes, notamment celles qui visent la mosquée al-Aqsa, par tous les moyens disponibles et en coordination avec nos frères de l’État de Palestine », a défendu Abdallah.

En février, un débat à la Knesset sur la souveraineté israélienne sur le Mont du Temple avait déclenché une vague de critiques dans le monde arabe, notamment en Jordanie, où le Premier ministre Abdallah Nsour avait prévenu qu’Amman pourrait revenir sur son accord de paix avec Israël.

La Jordanie se considère comme gardienne du lieu saint, administré par l’organisme islamique du Waqf.

« La Jordanie… continuera à mener son devoir religieux et historique de préservation de Jérusalem et de ses sites sacrés islamiques et chrétiens », a-t-il dit.

Des députés israéliens sont montés sur leurs ergots en raison d’une restriction qui empêche les Juifs de prier au sommet du mont, considéré comme le lieu le plus saint de Jérusalem, de peur de provoquer une réaction violente des musulmans.

Abdallah a aussi insisté sur l’importance d’un accord de paix israélo-palestinien, qu’il a qualifié de base pour « parvenir à une paix globale et enraciner la sécurité et la stabilité au Moyen Orient. »

Il a ajouté que tout accord de paix devrait « respecter les intérêts supérieurs de la Jordanie. »

« Aujourd’hui, la communauté internationale doit assumer ses responsabilités, forcer Israël d’arrêter sa politique unilatérale et ses mesures et le presser de tirer profit de l’initiative de paix arabe et de l’opportunité historique présente pour parvenir à la paix », a déclaré Abdallah.